Abadennou.fr

Site officiel de la poétesse
Silviane Le Menn
En langue bretonne "abadennoù" est le pluriel de "abadenn" qui signifie : affaire, partie (de jeu), séance, représentation (théâtrale), instant, moment.
 
 
Silviane Le Menn
Silviane Le Menn, webmaster
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Coralie à Gouezec

 
 

Coralie à Nantes

 
 
 
Coralie en discothèque, à Nantes, à l'Evasion
 
 
 
Coralie et moi en 1989
 
 
 
 
Dossier euthanasie
 
Attention ! Photos choc
Coralie : images choc !
 
 
 
TÉMOIGNAGES
COMPASSION AUTHENTIQUE !
 
 
À l'exception de certains !
Les diables ce sont les gens mauvais !
Les catholiques détruiront eux-mêmes leur sacrée religion
en continuant, entre autres, leurs campagnes de dénigrement pro-vie et pro-mort, contre une loi de liberté pour le droit de mourir décemment et sereinement.

Il y a et il y aura de moins en moins de français faciles à berner et
à manipuler. Il y a et il y aura de plus en plus de français conscients
de la gigantesque mystification "divine" dont ils sont victimes depuis des siècles, au quotidien et, pire, à l'heure de leur mort...
Silviane Le Menn
 

 
12 décembre 2008 (Alain Dautevil, Ain)
Bonjour, Je viens de visiter votre site, bravo pour votre site. De tout coeur avec vous.
Dans mon blog, vous pouvez lire mon dernier texte "Ultime liberté"

 
6 décembre 2008 (de M. Yvan Beuvard, de Civry-en-Montagne)
Lu, dans le carnet du Monde, le faire-part suivant :
« (...) Wilhelm Vaszonyi (Vilmo Va'sony), 1935 Budapest2008 Zurich.
A l'âge de 73 ans, atteint de 2 maladies incurables, il a renvoyé sa nationalité française, avant de mourir, pour se désolidariser d'un Etat qui refuse l'euthanasie et le suicide assisté à ceux qui le désirent. Il a donc dû fuir son pays d'adoption pour mourir libre là où la loi le permet. »

L'émotion et l'amour le disputent à l'admiration que suscite cette prise de position courageuse !
Puisse notre personnel politique prendre la mesure de l'hypocrisie quotidienne et de la douleur de nombre d'agonies sans fin, et de celle qu'elle suscite parmi les proches des mourants !
Ma vie m'appartient et je dénie au corps médical et aux politiques le moindre droit de m'imposer artificiellement une momentanée survie biologique au prix de souffrances indéniables au cas, tout à fait probable, où je me trouverais en une situation comparable.
Que ne suis-je né Belge, Néerlandais ou Suisse ? Pauvre France, j'ai honte.
Retour haut de page
3 décembre 2008 (Roland Lietaer, La Londe Les Maures, Var)

A Monsieur Le Président de l'ADMD, Jean-Luc ROMERO,
Nous vous félicitons pour votre intervention hier sur France Info, nous sommes dans le vrai « accouchement d'une souris avortée » ce qui nous met dans une position très inconfortable et pour longtemps.

Et pour poursuivre, vous comprendrez mon indignation pour les différentes informations, recueillies ici ou là, contenant d’énormes aberrations. On diffuse, comme une affaire quasiment normale, la sortie du livre de Leonetti comportant un chapitre sur Chantal Sébire (où il écrit qu’elle n'était pas gravement malade) alors qu'il était contre sa décision de fin de vie ! Tout est profit, n’est-ce-pas ?

Et après l'agrément de l'Assemblée qui « approuve ce rapport de grande qualité », nous sommes désormais sous la loi Léonetti du « laisser mourir jusqu'au bout du bout » avec toutes les horreurs que cela comporte, avec accompagnement de sédatifs qui peuvent durer des semaines ou des mois comme le cas d'un ami actuellement depuis 9 mois. État de délabrement inconcevable et horrible pour la famille, si l'on arrête la nourriture on reste des jours dans une agonie insoutenable.

Le comble de l'hypocrisie et de la honte est que dans la loi actuelle, un médecin ne peut interrompre une vie, c'est ce qui s'appelle tuer, mais Léonetti préconise de demander la dépénalisation de l'acte homicide d'un proche qui aide un mourant, c'est un acte compassionnel. Je ne comprends plus là, il n'y a plus le mot tuer ??? Où est la différence, c'est d'une lâcheté sans pareille, on nous prend pour des billes.

Où est le pays des droits de l'homme, de la démocratie laïque, de liberté, égalité, fraternité ?
j'ai honte de voir comment nous avons été et serons manipulés, considérés. Toute ma vie j'ai été contre l'injustice et celle-ci est monumentale.
Désormais, il ne nous reste plus qu'un but, trouver une solution car nous n'écouterons pas, nous ne suivrons pas Léonetti, c'est exclu
Sur Antenne 2 soir, il est dit que les chez les Belges, plus personnes ne veut revenir en arrière et pour cause !!!
Peut-être que nous n'avons pas les mêmes valeurs car ici on parle de « l'or gris » !...
Bien cordialement. M. et Mme Lietaer
P. S. : Si cela peut vous servir, vous pouvez utiliser ma lettre comme preuve du dégoût des français.

Retour haut de page
3 décembre 2008 (Isaline - Poissy, Yvelines)
Chère Silviane, Je suis scandalisé par l'hypocrisie de Leonetti qui est sorti "tout sourire" après le débat, on aurait dit qu'il prenait cela à la légère, c'était d'une indécence pas croyable, j'ai pleuré de honte pour lui, et je ne lui souhaite pas que quelqu'un dans sa famille vive le drame de la fin de vie avec des souffrances atroces, ni que lui soit touché un jour en sa personne, mais ce n'est pas possible d'être aussi obstiné ! ALORS QU'IL Y A UNE LOI SUR L'AVORTEMENT ! On a le droit de tuer dans l'oeuf mais on n'a pas le doit de délivrer du mal !
Ce Ministre est indigne, et le Gouvernement fait de salauds (dans le dictionnaire : salaud = déloyal) donc je n'insulte pas et uniquement j'ai mal à ma France que l'on dit pays de liberté, non pays de prisonniers et de perversité puisque l'on doit bien souffrir avant de mourir !
Tu peux éditer mes propos sur ton site.
Je t'embrasse très fort et très tendrement Silviane et je pleure pour toi. Isaline
 
2 décembre 2008 (Mapy Quinson, de Gouezec)
Comme on s'y attendait !!! Il se moque du monde! Tout cet argent gaspillé pour en arriver là !!!
Je l'ai vu à la télé, il ose dire qu'il y a des dérives et qu'on euthanasie des gens qui pourrait vivre
en bonne santé !!! Dès janvier je m'inscris à l'ADMD.
Bises. MAPY
Retour haut de page
2 décembre 2008 : LEONETTI a remis son RAPPORT pour la NON LOI !
 
30 novembre 2008 (Cécile et Lucien Ferraro, Toulon, Var)

Bonjour Silviane, Enfin ça bouge… Félicitations chère Silviane pour ton courage, ta persévérance, et quand bien même, si parfois, c’est un peu difficile d’être isolée et bien seule devant ton ordinateur, ton acharnement est payant et je suis certaine que l’année 2009 verra enfin l’aboutissement d’une vraie Loi mettant fin à toutes les hypocrisies qui se passent dans les hôpitaux actuellement. Je ne peux que te renouveler mon admiration et te soutenir dans ton combat pour Coralie. En attendant gros bisous et kénavo. Cécile

 
29 novembre 2008 (Cécile et Lucien Ferraro, Toulon, Var)

Salut Sylviane, Bravo pour ton immense combat, l’horizon s’éclaircit et tes efforts continuent de payer. Je ne doute pas que ton audition va être préparée et entendue avec la plus grande attention. Courage. Ménage toi aussi pour être à ton meilleur niveau.
Nous t’embrassons très fort. Cécilu

 
28 novembre 2008 (Jean Yves Le Menn, du Nord)
Bonjour, Encore bravo pour vos travaux. Grâce à vous un chemin semble s'ouvrir sans ces "culs bénis". Je viens d'ailleurs d'envoyer mon adhésion à l'ADMD  et j'ai reçu un dossier complet que je me dois de faire connaitre a mon entourage, ma fille vient de m'annoncer aussi sa décision d'y adhérer et je me fais joie d'en parler autour de moi et des associations dont je m'occupe.
Grâce a votre ténacité  un point positif  vient de s'ouvrir. Il faut arreter de parler de ces personnages gouvernementaux incapables de prendre leurs responsabilités humaines. 
Si l'on desire etre entendu par un maximum d'etres sur cette terre, il faut faire abstraction  de ces polichinelles ou marionnettes qui ne pensent qu'à leur intérêt personnel !
De beaux égoïstes comme le sont tous ces êtres qui se disent avoir la foi ou la croyance afin de se réfugier derrière ce virtuel pour éviter de dénoncer leur hypocrisie latente.  
Les mots ne sont pas assez forts pour decrire ces "vils" et c'est pourquoi moins on citera leurs noms mieux exprimera-t'on notre indifférence au regard de ces membres du gouvernement  fantoches et beaux parleurs actuels. Cordiales et respectueuses amitiés. Jean Yves Le Menn
 
27 novembre 2008 (Mariam Jacob)
A Madame Silviane Le Menn -
Chère Madame, chère Coralie,
Il y a quelques instants, je ne vous connaissais pas... Et pourtant j'ai quelque peu croisé  votre chemin de souffrances -  lorsque je dis « un peu » la "mesure" est peu juste ! - car l'une de vos amies, je crois, m'a confié le nom de votre site Internet, tandis que je lui parlais justement de ma souffrance personnelle et de mon combat pour tous ceux qui sont aux mains de personnages qui s' estiment envoyés par Dieu et se permettent d'agir à sa place sans tenir compte de la douleur qu'ils ne sont pas en droit d'infliger aux autres !

...Et que vous dire devant ce martyre de votre enfant ? Je reste absolument sans mot, je crois que vous dire tout ce que je ressens de désolation, de communion dans la douleur, et malgré ma santé bien ébranlée,  dans l'attente d'un traitement qu'on me refuse (et tout cela dans une hypocrisie mise en exergue par les "lutteurs de l'ADMD"), ou que l'on tarde à m'accorder, sans tenir compte des douleurs inhumaines que l'on m'inflige, et tout ça par lâcheté , par "peur" de ceux qui nous parlent d'un Dieu d'amour et de miséricorde et effacent de notre horizon et de notre espérance, non seulement ces deux mots, qui ne sont que des mots pour eux, mais tout ce qu'ils contiennent d'éternel dans le réconfort  et l'apaisement d'un juste exercice d'une "liberté" que nul ni rien ne peuvent justifier qu'elle soit ravie et manipulée par des "humains" au sang "froid".

C'est tout ce que je veux vous dire pour l'instant, mais je supplie Coralie d'incliner votre coeur vers moi, car son nom et sa douleur mêlés aux vôtres, me disent et me crient, que vous êtes désormais, pour aujourd'hui et le reste de mon petit chemin, l'Ange du Seigneur que je n'ai cessé d'attendre, car je sais que Dieu ne nous abandonne jamais ! Quel bonheur que cette rencontre où je peux quelques instants reposer mon coeur et retenir mon souffle...

Croyez en tout cas, à  toute mon amitié, à ma compréhension, à ma compassion et à mon admiration devant une telle force qui vous habite , et aussi quelle force se lit sur le beau visage  de Coralie ! Mon Dieu ! Mon Dieu... ! À très bientôt je l'espère. Mariam Jacob

 
9 novembre 2008 (Roland Lietaer, La Londe Les Maures, Var)
Bonjour et merci pour les messages.
Je me demande quand tous ces égoïstes que ce soit Axel Khan, Debré, Léonetti, Sarkozy et
tous les autres arrêteront-ils de décider à la place des autres ? Pour qui se prennent-ils ?
Notre vie et notre mort, qui en fait partie, ne les regarde en rien surtout quand on entend des âneries pareilles : le laisser mourir jusqu'au bout sous sédatifs, (ont-ils pensé aux autres,
ceux qui accompagnent et regardent cette désolation)
Ont-ils pensé que tout le monde n'a pas la force ni encore les MOYENS de se suicider ?
Nous voyons donc par là qu'eux en ont et se moquent des autres .
Tous porte à croire et ce n'est pas la première fois que nous lisons ce genre de réflexion, que si ça ne va pas, vous n'avez qu'à vous suicider !!! Merci pour la compassion de la solidarité française.
Bon week end quand même. Salutations. Lietaer
Retour haut de page

4 novembre 2008 (Roland Lietaer, La Londe Les Maures, Var)

FRANCE INTER le 3.11.08 à 19h25 - Débat sur France Inter avec MM. Roméro, Léonetti  et Aubry
Tout d'abord, sincères félicitations à Monsieur Roméro pour sa ténacité à vouloir imposer et respecter ses idées, bravo. En ce qui concerne les "opposants", navré de devoir dire que l'on nous rabâche depuis des années la même chose et que ce n'est plus convaincant du tout.
De plus, entendre des reflexions de gens butés, sachant qu'ils ne sont qu'une poignée  pour décider de la fin de vie de 63 millions de Français dont plus de 80% demandent leur ultime liberté , c'est anti-démocratique.
M. Aubry, responsable des soins palliatifs ne sait pas donner  de chiffre quant au nombre de lits, de combien on aurait besoin , et refuse de parler de pourcentage
A signaler aussi que la Cour des comptes dénonce une baisse dans les travaux en soins palliatifs (étant donné la situation financière actuelle, vous voyez quel est l'avenir )
M. Léonetti proclame que dans le Benelux, les euthanasies sont en diminution, peut-être, car les gens sont plus sereins, mais j'ai des relations là-bas, ce qu'il ne dit pas c'est que chez eux, en soins palliatirfs, on ne maintient pas, on aide, ce qui est tout à fait différent, ici on a vraiment la loi Léonetti , LE LAISSER MOURIR !!!
Bravo aussi à Madame Humbert qui a dit : "Même avec la loi actuelle elle n'aurait pas laissé débrancher Vincent et attendre qu'il meurt pendant des jours".
Car c'est ce que l'on constate, les fins de vie sont sous sédatifs des jours des semaines et on n'est même pas certain qu'ils ne souffrent pas
C'est désespérant  et affligeant  dans ce pays que l'on dit de liberté
Pour conclure, France Inter avait fait un sondage : 84 % des personnes souhaitent que la loi actuelle soit modifiée. C'est donc sans contradiction possible, nous devons être écoutés.
Retour haut de page
3 novembre 2008 (Mapy Quinson, Gouézec 29)
Bonjour, Tu as été très bien sur France Bleu Breizh Izel, j'ai écouté toute l'émission et j'ai encore pleuré. T'ont-ils donné un CD ? Il n'y a pas eu d'interview contre. Repose-toi bien après toutes ces émotions. A ce soir. MAPY
 

3 novembre 2008 (Henriette Kersalé, Dinéault 29)

Bonjour Silviane, Emission de radio réussie ce matin sur FRANCE BLEU BREIZH IZEL. Je pense que tu as fait passer beaucoup d’idées. A première vue (ou plutot entendu), je ne vois pas ce qui manque. Je vais réécouter avec Pierre pour en discuter. Amitiés. Henriette
 
2 novembre 2008 (Mapy Quinson, Gouézec 29)
Je t'ai vue sur FR3 région, tu étais très bien, un peu tendue, mais il y a de quoi !
J 'étais émue et ça m'a fait pleurer. Biz. MAPY
 
2 novembre 2008 (Henriette Kersalé, Dinéault 29)

Bravo, Intervention télé réussie, c’était clair et précis. Merci et à bientôt. Henriette kersalé

 
2 novembre 2008 (Monique Yvenat, Dinéault 29)
JE TROUVE DOMMAGE que Le Télégramme n'ait pas accepté de te recevoir et juge par avance  de l'opportunité de faire paraître ou non un article sur la loi Léonetti et l'euthanasie.
Ce midi, j'ai vu ton reportage sur FR3, et ai senti ta colère face à ce refus de laisser libre choix à chacun de sa "Belle Mort".
Sache que chacun est un jour frappé par la maladie et la souffrance d'un être cher et quoiqu'il est soit difficile de voir partir l'être aimé, il faut parfois l'aider à quitter la terre plutôt que de le voir souffrir, évidemment quand il n'y a plus la moindre étincelle d'espoir de guérison.
Sois assurée de toute ma sympathie. A bientôt ! Monique
Retour haut de page
28 octobre 2008 (Joseph Tapa. Rédacteur- General Manager www.visionafricaine.com)

Bonjour madame, Merci de nous informer sur l'évolution du combat admirable vous menez, celui-ci ne dérange en effet que ceux qui, d'eux même, ne maîtrisent raisonnablement leur devenir et, en cela, ils ne sauraient se découvrir une pugnacité.
Bref, sans recherche de dénigrement des propos peu considérable de l’intervenant à titre personnel es qualité d’employé du télégramme, vous avez tout mon soutien. L’information distincte d'intérêt économique et à vocation d'éveil et de perception des rouages stigmatisants de notre organisation sociétaire est une charge à laquelle peu d'esprits vifs et appréciables s'adonnent.
Alors Madame ne vous découragez point.
Vous êtes de ces "grands Hommes" que les "petits" enferment dans les pénombres en raison de talent admirable. Bien à vous. Joseph TAPA.

 
28 octobre 2008 (Roland Lietaer, La Londe Les Maures, Var)
Bonjour et merci pour le courriel contenant  la réponse de Mme Nadine Moreno.
Voyez-vous, encore une fois je suis déçu (j'attends la mienne qui ne sera  pas mieux sûrement).
Nous pouvons très bien sentir que l'on s'en tient à la loi Léonetti qui pourtant  n'est pas ce que nous demandons.
De plus, j'ai encore eu un exemple hier d'un homme de 66 ans qui a une tumeur au cerveau depuis 9 mois, on lui donnait deux mois à vivre et il est toujours là, comme un véritale légume et malgré les pleurs de la famille. ON CONTINUE !!!!!!!!!
Sans parler de ce que cela coûte à son épouse qui est en train de consommer sa petite réserve.
Sa réflexion : – Si je n'avais pas peur que mon fils endosse toutes les responsabilités et tracas de
la situation, je ne serais plus là !!!

Vous voyez, le fait de soigner par sédatifs laisse le malade dans l'inconscience et c'est tout.
Le fond de la lettre de Mme Moreno, Secrétaire d'Etat, rejoint cette situation.
C'est vraiment désolant et en plus, si les journalistes ont peur de s'exprimer (votre courriel de ce jour) c'est la fin de tout.
Bien amicalement et surtout bon courage. Roland Lietaer
Retour haut de page
24 octobre 2008 (Joseph Tapa. Rédacteur- General Manager www.visionafricaine.com)

Madame, Je suis heureux de faire votre connaissance et m’associe volontiers au combat que vous menez et qui plus est vous a familialement tristement et malheureusement touchée.
Veuillez en mémoire de Coralie croire à ma plus profonde gratitude à l’action qui est la votre.
Bien à vous. Joseph Tapa.

 
21 octobre 2008 (Ahmat M. Yacoub Dabio, du Mans - Liberté sans frontières)
Je suis désolé pour l'histoire de votre fille Coralie.
C'est tellement choquant que je n'ai pas voulu soulever cette histoire pour éviter de vous rappeler mais je la suis à travers votre site.
Je vois que vous mener un combat dont le résultat interviendra un jour ou l'autre.
Je suis de votre côté.
Je vous souhaite bonne soirée. Ahmat M. Yacoub
 
21 octobre 2008 (Mapy Quinson, de Gouezec)
Plus il y aura de cas divulgués par la presse mieux ce sera pour le combat.
On fait la guerre on tue des gens qui n'ont rien demandé (enfants-vieillards) et on refuse aux personnes qui estiment que leur vie est en bout de course de partir dans la dignité, on marche quand même sur la tête !!!
Mapy
Retour haut de page
19 octobre 2008 (Jean Pierre Klein, psychiatre, fondateur de l'association art-&-thérapie)

Chère Sylviane Le Menn,
Si vous venez à paris voir ma pièce sur l'euthanasie "MEUTRE PAR OMISSION" , faites-mois signe à la fin de la représentation. je serai heureux de recueillir votre avis.
J'espère que cette pièce - qui est une fiction mais on sait qu'en france les fictions font davantage avancer les problèmes que la réalité même - aidera à ce qu'on prenne des positions plus responsables plutôt que de tergiverser par des lois qui évitent le problème
Bien amicalement. Jean-pierre klein

 
19 octobre 2008 (Jean Yves Le Menn, du Nord)

Bonjour sylviane
C'est avec émotion que je viens de prendre connaissance de votre mail et c'est de tout coeur que je rejoins votre analyse. Il est impensable de nos jours que l'on se fasse une dérive sportive ou
autre pour que le simple citoyen soit dirigé vers "la festivité" afin de ne pas prendre conscience du devenir des drames humains de notre société et de plus, sous le couvert du judéo chrétien.
Je ne veux nullement remettre en cause les orgies passées dans l'histoire suite au comportement inconscient de ces "naifs"  (Saint Barthélémy, avortement, la non reconnaissance de l'élément féminin si ce n'est que pour le plaisir de certains écclésiastiques, la pédophilie  bref !!!)
La religion dite catholique ferait bien aujourd'hui de prendre conscience que nous ne sommes plus au 17ème siècle et que  l'humain  refute les mensonges  car leur "psaumes, chants, etc... sont une bien belle histoire mais quel beau mensonge !!!
D'ailleurs, il serait intéressant de suivre les travaux scientifiques qui viennent de démarrer en accélérateur de particules pour une bonne foi faire comprendre à la religion (quelle qu'elle soit) que leurs textes sont obsolètes !!!
Le gouvernement actuel se joue de tous ces problèmes de société et souhaite que le peuple adhère à leurs directives destinées au peuple fortuné.
Tous les moyens sont bons pour éviter la réalité et là nous rejoignons les propos d'un empereur romain, César : "Donne des jeux au peuple et tu seras tranquille"
Sachez chère amie que je suis tout dévoué à votre cause et le peu que je puisse apporter à ce jour me procure une immense satisfaction que l'on puisse enfin reconnaitre grâce a vos actions le droit de partir dignement selon le voeu de chacun. Cela fut le cas de ma regrettée compagne et épouse et restant seul aujourd'hui je ne peux, en son nom et au mien, que faire progresser ce droit de décider le devenir du corps de chacun
Souhaitant ne pas vous importuner  plus longuement, sachez chère sylviane que c'est un bonheur de vous lire.
Cordiales et respectueuses amitiés. Jean Yves Le Menn

Retour haut de page
15 octobre 2008 (Katell, de RADIO KERNE, Quimper-Plonéis)
Un petit mot pour vous saluer et saluer votre courage. Je suis animatrice à Radio Kerne et nous diffusons en ce moment un reportage à votre sujet. Bon courage, et bravo.
A galon. Katell, Radio Kerne
 
13 octobre 2008 (Eric Tranchart, Maquettiste-Graphiste Infographiste, de Plouzané)

Bonjour Sylviane,
Cela fait un moment que je suis le combat que vous menez pour le droit de mourir dans la dignité. Je suis bien d'accord avec vous et je vous félicite pour votre courage et votre obstination !
Cependant, je suis pour que l'euthanasie soit toujours accompagnée par une décision de justice, car c'est un cas exceptionnel et sensible. Je pense qu'il faut veiller à bien encadrer cette décision par des personnes extérieures et neutres, pour bien s'assurer de la volonté du mourant d'en finir et s'assurer qu'il n'a pas été manipulé...
Les photos, les textes et les reportages vidéo peuvent induire en erreur en ne montrant qu'une partie de la vérité, et ils ne suffisent pas pour prendre la décision.
Bien sûr, encore faut-il que la loi permette, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui.
Bon courage, à bientôt. Éric.

 
13 octobre 2008 (Claudette Pierret, déléguée adjointe ADMD pour la Moselle)

1°) Quand, en France, on aura compris qu'il faut que les volontés concernant la fin de vie des personnes qui sont encore en bonne santé soient intégrées à leur dossier médical (par le biais de la carte vitale par exemple), on aura fait un grand pas car l'entourage n'aura plus à se poser aucune question mais seulement à faire respecter la volonté exprimée par la personne elle-même si elle n'est plus en mesure de le faire. D'où l'absolue nécessité de faire reconnaître la validité du testament de vie qui doit devenir un document de référence pour les médecins qui sont au chevet du malade. 

2°) Arrêtons d'être hypocrites puisque tout le monde sait (d'ailleurs les français sont à 90% pour l'aide active à mourir telle que la réclame l'ADMD) que des euthanasies se passent tous les jours dans tous les hôpitaux de France, et ce, même pour des personnes qui n'ont rien demandé puisqu'actuellement, ce sont les médecins qui ont plein pouvoir de décision dans la poursuite ou l'arrêt d'un traitement.

3°) Il n'y a qu'à regarder en Belgique comment cela se passe, puisque chez eux, il y a eu aussi création d'un observatoire sur la fin de vie en même temps que la promulgation de la loi. Le nombre de "suicidés" n'a pas explosé et tout se passe pour le mieux pour tout le monde, malades et médecins !

Tant qu'en France on fera l'amalgame entre la laïcité et la religion, nous ferons du "sur place".
La réponse faite par notre Président, Nicolas Sarkozy à la demande de Rémy Salvat est une honte. La seule chose à faire (mais qui ne se fera pas avec ce Président) c'est un référendum d'initiative populaire !
De toutes façons, un jour ou l'autre, une loi telle que celle en vigueur en Belgique passera, ce n'est qu'une question de temps ! Voilà mes réflexions à ce sujet.
Cordialement. Claudette Pierret

Retour haut de page
12 octobre 2008 (Daniel Quinson, du Congo)
Bonjour
Comme tu le dis si bien, il faut garder espoir et les puissants de ce jour ne seront pas éternels ! Mais que de temps perdu faute de vrais responsables.
Bon courage dans ce combat pour une fin de vie digne sans souffrances inutiles.
Gros bisous et a bientôt. Daniel
 
11 octobre 2008 (Roland Lietaer, La Londe Les Maures, Var)

Nous ne pouvons hélas, que constater qu'après Badinter et d'autres semblables,il y a maintenant Rachida.
Pauvres de nous, nous ne sommes vraiment pas aidés, mais il faut souligner que dans une France soit-disant "laïque" soit disant "démocratique", le pauvre peuple n' a que ses oreilles pour écouter car même ses paroles et ses raisons ne sont aucunement prises en compte.
Seuls comptent les phrases de nos dirigeants, bonnes ou mauvaises, leurs intentions sont uniquement valables. Mais nous ne sommes pas dupes et nous savons, comme le dit Monsieur Roméro, que ce ne sont à chaque fois que des souris, juste ce qu'il faut pour nous embobiner.
Mais qui sait, parfois les souris font peur aux éléphants !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Souhaitons qu'un jour nous aurons aussi la chance pour nous.
Et pendant ce temps, ça continue, on meurt, on souffre, on se suicide (comme à Lievin mais vous voyez, à part les journaux du Nord personne n'en parle ... Chut  !!!!! il ne faut pas ameuter
ces pauvres citoyens)
Mais combien d'affaires semblables doivent se passer sous silence ???
Et comme on dit, gardons courage et espoir, on dit qu'il fait vivre, moi j'en doute...
Allez, bon courage quand même.
Salutations. Roland Lietaer

Retour haut de page
2 octobre 2008 (Silviane Le Menn, Denise et Mapy Quinson)
Silviane : Il faut lire jusqu'en bas le témoignage édifiant de ce très grand malade ! 
Témoignage : L’euthanasie, dignité humaine ou lâcheté inconséquente ?
(Bafweb)
Comment un esprit sain peut-il faire l'apologie d'une culture du martyre similaire à la culture inculquée aux kamikazes ??? A chacun sa conscience, à chacun de réfléchir, d'analyser et de choisir son camp !!!
Denise : A force de souffrir, ton loft au paradis est prêt, quelle "chance" ! Maintenant, tu sais comment faire pour l'améliorer davantage... Le calvaire, il n'y a pas mieux. Trop sympas, les ultra- cathos ! des chics types, tout de même.
Mapy : J'ai lu le témoignage et les commentaires ; hallucinant !!!
Silviane : Oui, comment peut-on croire un tel témoignage, d'un grand malade qui ne communique qu'avec ses yeux et un ordinateur ?????? J'ai des doutes...
Mapy : quelle joie de vivre ainsi, heureusement qu'il a le Seigneur pour occuper ses pensées !!!
Silviane : Si ça se trouve, ce n'est ni plus ni moins que de la propagande, ou alors le cerveau du pauvre homme est totalement shooté !! Ou alors, il est si dépressif qu'il est gravement atteint de délire mystique !
Mapy : c'est comme les kamikazes ils sont certains d'aller directement au Paradis !!!
Silviane : Oui, la culture du "martyre", quel gâchis !
Retour haut de page
ler octobre 2008 (Jocelyne, de Quimper)
Suite à la lettre de Mme Martinez
CORALIE, VINCENT ...
Plus que des prénoms, ils deviennent présents dans les pensées, ils font leur chemin grâce à toutes les personnes qui se lèvent pour dire "je ne veux plus cela".
Un jour viendra où votre combat sera reconnu.
En attendant, bon courage.
Amicalement. Jocelyne
Retour haut de page
24 septembre 2008 (Jocelyne, de Quimper)
Chère Sylviane,
En vous battant ainsi, votre fille est là  avec vous, l'une et l'autre vous avez engagé la bataille qui permettra à ceux qui le désirent, de mourir dans la dignité. La tempête qui est en vous s'éteindra un jour, ce jour merveilleux pour vous où l'on reconnaîtra à l'être humain le droit de partir librement et avec le moins de souffrance possible.
Il y a tellement de souffrance, de révolte en vous que je souhaite que la paix arrive enfin en vous, j'aime votre beau sourire, j'aime votre tendresse envers notre amie commune, il serait bien que vous aussi vous puissiez recevoir de la douceur, vous semblez forte, mais je ressens tellement de détresse, de cris puissants mais si ténus au regard de la puissance demandée dans votre coeur.

Grand et fort est votre combat, mais vous irez jusqu'au bout de vos forces, c'est une façon de dire, plus jamais, pour personne, je ne veux. Je ne vous connais pas bien, mais j'admire la puissance de ceux qui se battent pour leur pensées.
Je vous regarde de loin, mais je reçois un message qui me fait réfléchir.
Plein de courage à vous et puisse votre combat aboutir.
Bien amicalement. Jocelyne
Retour haut de page
2 septembre 2008 (Philippe Costes, de Rueuil Malmaison 92)
Bonsoir Silviane,
Je prends connaissance de votre message et je partage votre colère, je comprends trop bien votre révolte concernant la censure dont vous êtes victime après avoir vécu le pire et ce que vous vivez encore à l'heure actuelle, car ce que vous vivez nous le vivons nous aussi nous le vivons au quotidien avec mon épouse.
Nous dérangeons, ils ne savent pas ce que nous avons enduré, ni ce que nous endurons chaque minute qui passe avec en tête ces images cruelles d'une fin de vie qui vous laisse à tout jamais brisé, anéanti, survivant dans un monde qui n'est plus le nôtre, une jungle dans laquelle il faut se frayer un chemin semé d'embuche dans l'attente de la délivrance, ce jour béni où je l'espère nous serons à nouveau près de notre être cher.
Personne ne peut nous comprendre, seul ceux qui comme nous traînons à vie cette souffrance peuvent comprendre, comprendre que notre monde se croit à l'abri de tels vécus, de tels drames, mais malheureusement personne n'est à l'abri....
Mon épouse et moi vous encourageons à continuer votre combat, comme nous continuons le nôtre, ce combat identique, pour la mémoire de nos anges CORALIE et JEROME et au-delà pour tous les autres qui ne sont pas concernés aujourd'hui....
Recevez nos pensées amicales et conservez votre énergie pour ce noble combat, nous y arriverons à force de volonté et d'amour.
Bien à vous. Valérie et Philippe 
 
29 août 2008 (Jacqueline Salenson, déléguée ADMD de l'Hérault)
Eh oui, un bon "coup de gueule" ! ça fait du bien !
Par contre, comme le seul moyen de nous faire entendre est le vote, je persisterai à l'utiliser, tant que le vote blanc ne sera pas distingué de l'abstention, quitte à changer mon fusil d'épaule, je voterai pour le ou la député qui fera passer la loi que nous voulons : humanité, compassion à la souffrance, pas de moralisation qui impose son point de vue aux autres, alors que : franchement, qui ça dérange quand un vieux, un handicapé grave ou un malade grave, sans espoir de guérison meure ? Sa famille qui pouvait avoir de l'affection pour lui, j'espère, mais sûrement pas la société, lorsq'une personne comme celles-là se suicident sans médiatisation, corde ou fusil, on pense vite à autre chose, et on garde bonne conscience... on ne devrait pas! c'est une honte !
On pousse les gens à des suicides violents quand ils pourraient être accompagnés vers la mort qui vient, quand on pourrait leur éviter ce cortège de souffrances, éviter aussi à leurs proches ces spectacles horribles après un suicide violent...et un deuil plus difficile.
il faut prévenir le suicide violent, et pour cela accepter d'accompagner vers la mort ceux qui n'en peuvent plus de souffrir... il faut être "humain", aimant, tolérant, chacun a ses idées, différentes de celles des autres, respectons les volontés de ceux qui approchent de la mort
(à peu près 6 mois avant), que ce soit de vivre le plus possible ou de mettre un terme à leur vie
le plus rapidement possible, chacun devrait être libre de choisir !         
Retour haut de page
29 août 2008 (Jean Yves Le Menn, écrivain public et auteur "histoire locale", Nord)

Bonjour Silviane, 
Je suis de tout coeur avec votre démarche et desirerais vous apporter mon soutien dans cette lutte face à des "naïfs" qui ne voient que profit !!
J'ai eu l'occasion de vivre l'agonie d'une jeune voisine soutenue, au saint nom de la chrétienneté pendant presque 8 jours !
Beaucoup de voisins étaient révoltés ainsi que les infirmières qui venaient quotidiennement !
Dirais-je meme mieux, c'est grâce aux infirmières que nous eu connaissance cet impensable conception : soit-disant que cette dame (43 ans) atteinte d'un cancer des os depuis plus de 5 ans avait souhaité ce départ devant dieu !!!!  Cette personne agonisante était donc dans la salle à manger du domicile a la vue de tous passants  jour et nuit et nous avions des voisins (culs-bénis comme je les appelle qui venaient prier !)
Quelle société nous avons, quelle belle régression !
Enfin je prêche une convertie comme l'on dit et je renouvelle mon soutien envers votre formidable action !
N'hésitez pas a me transmettre vos avancées en ce domaine, tout en étant loin de vous nous pourrons certainement faire grossir les partisans de cette lutte. 
Courage au nom de ces "martyrs " d'une société judéo-chretienne profiteuse ! 

Retour haut de page
19 août 2008 ( (Monique Yvenat, de Dinéault)
Chère Silviane,
Je te remercie de savoir écrire avec tes mots ce que je pense depuis longtemps et souhaite que ce soit un choix possible pour tout Français qui pourrait se trouver dans une situation inextricable face à la maladie et la souffrance.
Mon mari ne m'a jamais laissé voir qu'il souffrait, mais je sais que moralement tout instant lui devenait  insupportable jusqu'au moment où il n'a plus eu la force de respirer suffisamment pour survivre.

Il avait souhaité ne plus souffrir et quitter ce monde sans acharnement thérapeutique, je souhaite que les médecins l'aient aidé à ce moment-là. Mais je ne le saurais jamais et devrais vivre avec cette question pour le reste de ma vie.
Je comprends à présent les affres de la mort, surtout celle que ta fille Coralie a vécue.
Jamais je n'aurais imaginé que de telle maladie existait et puisse transformer ainsi une si belle jeune fille. Pardon de n'avoir pas su partager ta souffrance.
Merci de continuer le combat jusqu'à obtention de nos désidératas.
Je t'embrasse. A bientôt ! Monique
Retour haut de page
26 juin 2008 (Roland Lietaer, La Londe Les Maures, Var)

Bonjour chère Madame ,
J'ai lu avec grand intérêt les trois messages que j'ai reçu ce matin :
Tristesse de voir ce dérapage à l'Admd qui va profiter aux "autres"
Tristesse de voir que l'on remet çà pour Chantal Sebire
Tristesse de voir que nos élus sont totalement sourds aux suppliques des Français
Alors, rassurez-vous, vous n'êtes pas seule, il y a longtemps que mon épouse et moi ne sommes allés aux urnes, car comme vous le dites, cela ne sert à rien puisqu'ils ne font quand même que
ce qui leur plait.
Bon courage quand même et toutes mes salutations. Roland Lietaer

25 juin 2008 (Isaline - Poissy, Yvelines)
Je suis de tout coeur avec toi pour ton combat pour l'euthanasie, tu mets toutes tes forces dans quelque chose de noble et je suis fière de toi.
 
9 juin 2008 (Ziani Raoul BALI - Délégué ADMD - Eure)
Chère Madame LE MENN
Je vous remercie de m'avoir transmis vos dossiers et le lien sur votre site que je consulte régulièrement avec le plus grand intérêt car c'est l'un des meilleurs sites Français concernant la nécessitè de légiférer en faveur de l'euthanasie!
Dans le cadre de ma missions de délégué sur le département de l'Eure je dois rencontrer prochainement des députés locaux fin de faire un tour d'horizon sur les affaires en cours et je
ne manquerai pas de profiter de cette occasion pour m'étonner que vous n'ayez pas été encore entendue par la commission Léonetti et aussi, bien entendu, pour recommander la visite de votre site internet.
Salutations les plus cordiales. Ziani Raoul BALI
Retour haut de page
8 juin 2008 (Pierre Jalbert, adhérent ADMD, Var)
Madame,
Je suis membre de l'ADMD (section Var ouest) ; à ce titre j'ai participé hier à son assemblée générale à Paris et j'ai rappelé au bureau de cette association la valeur du combat que vous menez en faveur de la dépénalisation de l'euthanasie.
J'espère que cela aura une suite.
A titre personnel je veux vous exprimer mes sentiments d'adhésion à la révolte qui vous anime
et mon admiration pour votre courage et votre obstination dans la lutte légitime que vous menez.
La fin tragique de Coralie doit etre connue du grand public, elle est emblématique de
ce que nous ne voulons plus voir. 

Pierre Jalbert
 
3 juin 2008 (Jean Yves Le Menn, du Nord)
C'est avec beaucoup d'émotions profondes que je viens de laisser ma signature sur la pétition pour l'euthanasie car  je suis allé dire "bonjour" a votre fille et j'ai découvert  aussi le départ de votre ex-mari et père de votre fille. J'ai perdu  la même année (2006 fin juin)  mon épouse aprés plus de 12 ans de combat contre cette saloperie de maladie, le cancer !
Là aussi la souffrance était présente, mais j'ai eu le bonheur de pouvoir, avec les soins palliatifs, l'aider à partir dignement  Aujourd'hui elle ne souffre plus et repose dans sa nouvelle petite maison au colombarium de la commune. Je souhaite par ces quelques lignes vous apporter tout mon soutien et, si je le peux, contribuer à faire changer cette mentalité judéo-chrétienne d'un autre temps afin d'aider tous ceux qui souffrent dans leur chair et leur proches qui les aiment tant.
Veuillez accepter chère Sylviane mes cordiales et respectueuses amitiés
JeanYves LE  MENN, écrivain public et auteur de recueils d'histoire locale
Retour haut de page
2 juin 2008 (Roland Lietaer, La Londe Les Maures, Var)

Madame,
Je suis un adhérent de l'ADMD depuis de nombreuses années et fervent défenseur de la dépénalisation de l'euthanasie, de l'interruption volontaire de vie ou, à défaut, du suicide assisté.
J'ai en ma possession plus de 100 lettres envoyées, depuis le candidat aux législatives aux Présidents de la République. Pas une seule fois, dans les 95% des réponses, je n'ai reçu de réponse franche "oui, je suis pour", "non, je suis contre", toutes sont sans aucune prise
de position claire. Les seules directives que l'on voudrait divulger seraient basées sur les soins palliatifs. Or (nous en avons l'expérience dans notre famille et chez diverses relations), ils sont basés en majorité sur un accompagnement le plus long possible et non sur une aide à soulager rapidement la souffrance même si cela abrège la vie comme le dit le texte de loi.

Alors, chère Madame, lorsque j'ai lu le courrier que vous avez adressé aux personnalités responsables, lorsque j'ai vu les photos de Coralie sur ses derniers jour, je suis entré dans une profonde révolte, significative et impuissante car, malgré tous nos efforts, l'incompréhension reste positionnée. Il est intolérable de voir ces nombreux cas où les familles sont seules avec leur désespoir, où de par l'esprit borné de nos dirigeants, aucune solution humaine n'est proposée, aucun apport de dignité n'est soumis, aucune aide de compassion n'est apportée. C'est véritablement scandaleux d'autant plus que, comme vous le faites comprendre, ce n'est pas
pour tous le même calvaire, certains peuvent avoir cette liberté de choisir, d'autres pas !
Et c'est cela que l'on appelle l'égalité et la fraternité ?

Pourtant, d'autres pays voisins sont arrivés à instaurer une loi permettant à ceux qui le désirent d'être aidés à mourir. Depuis, il y a moins de demandes d'euthanasie. C'est évident puisque les gens sont sereins, sachant que s'ils sont dans une impasse, on pourra les en sortir.
Alors Madame, je voudrais par la présente vous apporter tout mon soutien et vous dire combien je porte haut, ce geste d'amour que vous avez eu envers votre fille, ce courage et cette détermination. Par dessus votre propre souffrance, vous avez pu convenir
de la seule solution pour libérer cette enfant qui vous était chère, au-delà de tout préjugé et d'interdiction. Madame, vous avez je pense, au-delà de votre chagrin, la satisfaction qu'elle est maintenant soulagée et dégagée de cette indignité.

Aucun homme digne de ce nom, ne peut regarder une telle situation sans avoir au fond de
lui-même, cette envie de lui tendre les mains et pouvoir faire quelque chose pour aider et soulager jusqu'à interrompre rapidement ce long martyr inacceptable, même au péril de sa complicité répréhensible. En ce sens, profondément, nous pouvons juger les gens qui nous gouvernent
de ne pas se placer à la hauteur des droits de l'homme qui donne comme règle en ces termes "tous naissent libres et égaux" ! Mais hélas, il n'en est pas de même au seuil de la mort que l'on soit puissant ou misérable, la justice n'est pas sur le seuil de l'égalité.
Je suis certain que 90% des français sont compatissants et prêts de vous car, après tant d'années, les souvenirs restent présents et ineffaçables et le poids du chagrin aussi vivace.
Permettez-moi, Madame, de vous présenter encore tout le respect que vous méritez, ainsi que l'expression de mes salutations distinguées. Roland Lietaer

Retour haut de page
31 mai 2008 (Françoise Steller, de PARIS, déléguée ADMD du 14 ème arrondissement)
Chère Madame.
Merci pour votre bouleversant témoignage. J'espère que la Mission d'évaluation en prendra connaissance et en tiendra compte. Vous avez bien fait d'adhérer à l'ADMD qui lutte depuis plus de 25 ans pour permettre de proposer des solutions humaines à des cas douloureux et désespérés comme ceux de votre fille et de Madame Sébire.
Croyez à l'expression de ma profonde sympathie. Françoise Steller
 
30 mai 2008 (Carole Gouyé, de TOULON, bénévole ADMD du Var)
Bonjour,
M'autorisez-vous à transmettre votre lettre au Gouvernement à nos adhérents Varois ? Je suis à Toulon (délégué Yves Lanos)je m'occupe de la partie "fichier informatique".
J 'aide comme je peux ! C'est pour ça que je reçois les mails adressé à admdtoulon@admd.net, cela me permet de transmettre certains messages et infos aux adhérents.
Je viens de consulter votre site : je suis bouleversée ! Plus que jamais, je suis convaincue du bien fondé de notre combat pour que plus jamais personne ne passe par le même chemin que Coralie. Je pense aussi profondément à vous sa maman.
Bien sincèrement. A bientôt le plaisir de vous voir ou de vous entendre. Carole Gouyé
Retour haut de page
29 mai 2008 (Mathilde Chataing - Le Salon Beige)
Madame,
Puis-je vous faire remarquer que M. Janva n'a évoqué aucune idée chrétienne dans son article "d'Adolf Hitler à l'ADMD"? M. Desort ne lui répond en rien, il se contente de dresser un violent réquisitoire contre l'Eglise et ses soi-disant crimes.
Vous pourrez lui communiquer ma réponse :
Ne condamnez pas l'Eglise sans la connaître. Lisez les encycliques, les documents officiels, les bulles pontificales, le catéchisme; quand on veut s'attaquer à des idées, on les étudie pour mieux les démonter. Ainsi procédait St Thomas. Surtout, arrêtez de brandir l'Opus Dei comme une matraques, on ne les connait le plus souvent  que déformées à travers les oeuvres littéraires et cinématographiques (Da Vinci Code...). Quant à dire que les Croisades ont fait plus de morts qu'Hitler, pardonnez-moi, ce n'est pas matériellement possible: comment auraient-ils pu, les pauvres croisés et sarrasins, avec leurs épées et leurs cimeterres, faire plus de morts que les camps de concentration, les armes de destruction massives?  
Pour revenir à l'Eglise, ne croyez pas qu'elle nous (je dis "nous": c'est à dire les catholiques) enferme dans un carcan; non, ceux qui sont catholiques l'ont choisi en totale liberté de conscience et chacun adhère totalement à ses enseignements. Elle a été fondée par Dieu, les Papes sont les descendants de St Pierre: "Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise". Vous croyez en Dieu, vous avez raison; mais comment Le connaître si ce n'est par l'Eglise? celle des Saints, des Martyrs, des Docteurs de la Foi.
Les enseignements de l'Eglise ont pour fondement la loi naturelle telle que Dieu l'a placée dans le coeur de tout homme: tu ne tueras point, tu ne convoiteras pas la femme de ton voisin, tu ne commettras pas l'adultère, ni d'impureté ... . Certes les hommes, crées libres, peuvent ne pas obéir à ces règles raisonnables mais ne sont pas heureux pour autant. Ne croyez-vous pas que la sexualité vécue dignement dans le mariage est plus épanouissante qu'un vagabondage, qui engendre MST, enfants non désirés et avortements? La morale, pointée du doigt comme le parangon de tous les interdits, n'a pas pour but de brimer l'homme mais de le rendre heureux. Drôle de bonheur me direz-vous, que d'empêcher l'homme de faire ce qu'il veut en lui disant "péché!". Mais la voie qui conduit au bonheur n'est pas facile,... ceux qui mènent une vie droite doivent s'astreindre bien souvent, et pratiquent la tempérance, l'humilité, la charité. Je ne parle pas forcément des chrétiens! tout homme peut mener une vie droite. Le bonheur est à la clé. L'Eglise à travers ses enseignements nous y aide; elle nous montre où est notre bonheur, et comment l'atteindre: il est en Dieu seul, pour qui tout homme a été créé, et il peut y parvenir par la Grâce de Dieu dispensée par les Sacrements.
Si vous avez trouvé des propos haineux dans mes propos, signalez-le moi... Mais s'il vous plaît, lisez l'encyclique Evangelium Vitae plutôt que les commentaires laissés sur les blogs, elle vous renseignera mieux sur les idées catholiques au sujet de la Vie humaine.
Sincèrement.
Retour haut de page
29 mai 2008 (Cécile Ferraro, de TOULON)

Chère Sylvianne,
Depuis quelques temps, Denise me parlait de ton site sur ton combat pour l’euthanasie en France. Aujourd’hui j’ai pris le temps d’y aller,  je viens tout naturellement  de signer la pétition afin que dans ce pays, gouverné par des conservateurs, les choses bougent enfin et que ton combat
pour Coralie ne soit pas inutile.
Je ne peux qu’avoir humilité et admiration pour ce que tu fais et t’adresse mes encouragements
et mon soutien. J’ose espérer que ton courage et ton combat auront raison des hypocrites qui
ne veulent rien changer par peur et lâcheté.  Comment rester insensible aux images fortes
et insupportables de Coralie.
Je t’adresse toute mon affection et espère te voir prochainement en Bretagne. Cécile.

Retour haut de page
28 mai 2008 (Loïc Lerate Wolf - Le Salon Beige)

Madame,
Je suis choqué du traitement que vous réservez au site du salon beige, qui est un site où les laïcs catholiques ont le courage d'aller à contre-courant de cette société où tout n'est que relativisme, nihilisme et culture de mort.
La France a besoin de Français qui défendent les valeurs morales fondamentales respectueuses des Commandements de Dieu.
Votre discours n'est pas un discours de catholique ni même de croyants, c'est un discours
"d'idiots du système" qui usent et abusent des moyens qui sont les leur et qui servent un système de la façon la plus loyale possible sans véritablement toujours sans rendre compte.
Vous vous éloignez de l'enseignement de notre sainte mère l'Eglise, qui n'est autre d'ailleurs que l'enseignement de Notre Seigneur Jésus-Christ. Vous vous éloignez ainsi du chemin qui mène à la Vérité et à la Vie éternelle.
Nous ne sommes pas sectaires, nous sommes fidèles à la promesse faite par la France, à l'occasion du baptême de Clovis, roi des Francs et du Voeu de S.M. le roi Louis XIII le 10 février 1638, de demeurer à jamais fille aînée de l'Eglise et dans la plus parfaite dévotion mariale.
Je prie pour le salut de vos âmes. O mon bon Jésus, pardonnez-nous toutes nos péchés, préservez-nous du feu de l'enfer et conduisez au Ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le
plus besoin de Votre Sainte Miséricorde.
Puissiez-Vous Seigneur donner à ces personnes de convertir leur coeur à Votre enseignement
et puissiez-Vous accueillir leurs âmes le moment venu en votre très Infinie Miséricorde.
In Christo Rege. Christus vincit ! Christus regnat ! Christus imperat !
Loïc Lerate Wolff

 
28 mai 2008 (HB - Le Salon Beige)

Bonsoir,
Importuné par vos mails qui ne m'intéressent aucunement, je vous prie IMPERATIVEMENT de
me rayer de votre carnet d'adresses. Ceci est ma dernière demande avant une action légale en demande de dommages et intérêts. Vos propos et votre activisme mortifères ne me conviennent pas, et rien ne m'oblige à les recevoir à domicile. Vous empiétez gravement dans ma vie privée. Cela m’est préjudiciable.
HB

Retour haut de page
28 mai 2008 (Marie Melon - Le Salon Beige)
J'ai visité votre site avec intérêt. Pour parler du plus "léger", je suis très touchée par vos poèmes et votre façon d'écrire, vous êtes une artiste, bravo. Pour le témoignage que vous rendez, il est toujours très délicat de donner son avis sur un tel drame. Souvent, les mots sont maladroits, parfois involontairement blessants... Juste une présence, un sourire, une main sur l'épaule ont parfois bien plus de valeur...
L'euthanasie est un sujet important. On ne peut pas rester insensible à la détresse et en même temps on ne peut réagir sous le coup de l'émotion.  Je crois pour ma part sincèrement que chaque vie a une valeur inestimable, quelle qu'elle soit, quelque façon qu'elle se déroule, quelles que soient les souffrances, les manques. Chaque seconde est importante et nul ne peut décider d'y mettre fin. Tout doit être mis en oeuvre pour alléger la souffrance quand la guérison est impossible, pour accompagner psychologiquement la personne et sa famille. Pour essayer de donner une autre dimension à ce que l'on vit. Les moyens doivent être utilisés sans compter.
Pour moi, mourir dignement c'est mourir à son heure, accompagné et soutenu. La maladie
et la souffrance ne sont pas indignes.
Je crois que c'est aussi essentiel pour les proches et pour les années qui leur reste à vivre ensuite. Je crois aussi que toute exception, toute loi ouvrira une brèche impossible à refermer et entraînera des dérives terribles (il n'y a qu'à voir ce qui se produit avec l'avortement ou en ce moment même en Belgique et en Suisse avec l'euthanasie).
Il faut aussi redouter le découragement des personnels soignants, l'arrêt des recherches et la "pesée" de la valeur de chaque vie. Ce n'est pas de la science-fiction, c'est tout près de nous malheureusement... Il est vain de penser que le législateur pourra les empêcher...
Pardon pour ces quelques paroles qui vous heurteront peut-être...
Soyez assurée de ma prière pour vous et continuez d'écrire et de laisser parler votre coeur,
ou votre âme, selon ce que vous pensez...
Marie Melon
Retour haut de page

Chère Silviane, Avec vos mots gentils, c’est toujours un plaisir de vous lire. Vous ne risquez pas d'être une charge pour l'ADMD ! Vous en faîtes aussi beaucoup pour défendre notre cause. Merci pour tout ce que vous faîtes pour faire avancer une loi juste de liberté. C'est à moi de vous remercier. Bravo pour tout ce que vous faîtes En ce qui me concerne, je me repose un peu... Amitiés. Jean-Luc

Retour haut de page
3 mai 2008 (Mapy Quinson, du Cameroun)
Je ne peux qu'admirer ton style, que tu puisses mettre ta plume pour une cause si nécessaire et urgente est une chance pour l'ADMD. Bravo, tu touches au coeur, j'ai des larmes en te lisant.
Coralie serait fière de toi, on ne peut pas permettre que ça dure, il faut que cela change, je serais prête à écrire au Président moi aussi, mais je ne saurai pas trouver les mots coup de poing comme les tiens ; je te laisse donc être mon porte parole.
J'ai commencé à lire aussi, sur le blog "La Voix des Usagers de la Santé" tous les messages des parents qui ont perdu un enfant ou un mari cancéreux, malmenés par le milieu hospitalier, c'est révoltant, quel manque d'humanité.
Je t'embrasse grande soeur, je suis contente que tout ça te soulage, te fasse du bien, te permette de rencontrer des gens du monde entier sur le web qui te soutiennent.
C'est comme un abcès qu'il fallait crever et s'il n'y avait pas eu Chantal Sébire peut-être que tu
te tairais encore
. Bisous. Mapy
Retour haut de page
2 mai 2008 (Mapy Quinson, du Cameroun)
J'ai lu la réponse de Sarkozy, c'est bien qu'il ait répondu, mais ça ne va pas encore assez loin !!!
Car pour eux il aurait fallu laisser Coralie mourir de faim et de soif !!! C'est une honte.
Mapy
 
1er mai 2008 (Philippe Costes, de Rueuil Malmaison 92)
Merci, de tout coeur merci.
A force de matraquage, vous avez raison au travers de notre combat tous ces politiques devront se poser les bonnes questions et évoluer, du moins je l'espère fortement.
Qu'ils pensent seulement à la lecture de nos souffrances, à la vue de ces images, que ce ne sont pas eux qui sont à notre place... Que feraient-ils ? Il se bougeraient c'est sûr, alors qu'ils se bougent ! Amitiés. Philippe
 
1er mai 2008 (Gwennyn Louarn, chanteuse, de Douarnenez)
Chère Sylviane,
Je suis allée hier sur ton site et je suis tombée par hasard sur les photos (j'ai cliqué sans faire exprès) puis j'ai visité tout le reste du site (j'ai relu tes propos sur la chance notamment).
Je pense que ce que tu as vécu, c'est au-delà des mots.
Je suis heureuse que tu puisses en témoigner aujourd'hui et que ce que tout ceci a, sans aucun doute, un sens aujourd'hui dans ta vie et que tu peux vraiment changer les choses dans ce dossier tellement délicat. J'ai signé la pétition tout de suite après. A Jeudi. Gwennyn
Retour haut de page
1er mai 2008 (Philippe Costes, de Rueuil Malmaison 92)
Bonjour Silviane,
J'ai lu le courrier de la présidence et comme tous les courriers qui émannent de nos hauts responsables, il n'y a que de la compassion mais pour agir c'est autre chose.
Espérons qu'à force de lire la souffrance des Français d'en bas un jour leur concience se révèle.
Je vous joins ci-dessous le courriel que nous a adressé le Cabinet du Premier Ministre, depuis
rien n'a malheureusement changé.
Je vais également vous faire parvenir une correspondance de la Présidence, mêmes mots pour eux et toujours des maux pour nous.... Amitiés. Philippe
Retour haut de page
29 avril 2008 (Marie-Hélène Tanguy-Delatte, de Paris)
Bonjour Sylviane,
J'ai consulté ton site... et vu les photos de souffrance de Coralie... je suis profondément émue
et marquée car je ne savais pas que c'était cette maladie qui l'avait emportée.
Quel courage Sylviane t'a-t-il fallu... pour supporter cette terrible douleur.. ainsi que ta si adorable petite fille...Mon Dieu.. quelle épreuve pour toi et toute ta famille.. j'aimerais te prendre dans mes bras et t'embrasser pour t'exprimer ce que je ressens envers toi.
Je t'écrirai plus longuement plus tard.
Gros, gros bisous Sylviane et à bientôt. Marie-Hélène
 
28 avril 2008 (Annie Kerhervé, de La Roche Maurice, ADMD 29)
Bonjour,
Je vous remercie de me tenir au courant de vos écrits et de vos démarches pour défendre
notre cause commune.
Si vous êtes d'accord, je vous propose de parler du cas de votre fille dans notre prochain
bulletin départemental d'information (qui est prévu pour le mois de juin).
Bien à vous.
Annie Kerhervé
Déléguée adjointe et secrétaire de l'A.D.M.D. 29
Retour haut de page
28 avril 2008 (Philippe Costes, de Rueuil Malmaison 92)
Madame Le Menn,
Nous avons la volonté de lutter pour rendre hommage à nos enfants, faire que leur Prénoms vivent au travers de notre combat.
Sachez que nous sommes à vos côtés pour que nos enfants là haut soient fier de notre action, nous sommes à votre disposition, vous n'êtes plus seule, nous ne sommes plus seuls, nos anges nous guident et permettent des rencontres lumineuses et cela nous fait grandir...
Nous ne sommes pas médiatiques, mais l'énergie qui nous est envoyée par nos enfants disparus fait que nous sommes capables de franchir les pires obstacles, le coeur, l'amour pour nos êtres chers nous poussent à aller au bout....
J'admire votre ténacité, votre énergie qui se dégage de vos correspondances, vous avez raison quand on perd un être chers dans des conditions lamentables, on a peur de personne...
Nous sommes à vos côtés pour ce combat, comme sont, côte à côte Coralie et Jérôme, nos anges. Dans l'attente de vos nouvelles et de l'aide que nous pouvons nous apporter mutuellement.
Amitiés Sincères. Philippe Costes
Retour haut de page
28 avril 2008 (Nadine Le Hir, de Brest)
Bonjour Silviane, 
Je viens de prendre connaissance de votre réponse et vous annonce mon engagement auprès de L'ADMD. J'ai commencé par prendre part à ce difficile combat en signant sans attendre la pétition. Dans un monde dans lequel la sensibilité (et non la sensiblerie) devient une denrée rare, il importe de s'engager. 45000 signatures, c'est un pas. Assurément. Mais c'est encore trop peu.
Après Vincent et Chantal SEBIRE, deux affaires (je n'aime pas le terme car il y a des êtres humains derrière ce mot) dont la médiatisation a été au combien importante, il me semble que les français ne répondent pas très nombreux. Il y a donc encore beaucoup à faire. 
Aider l'autre à partir sereinement (lorsqu'il n'y a plus d'espoir et que cet espoir a laissé place à la souffrance), doit faire partie intégrante de notre "savoir vivre". Nous devons nous impliquer pour que la loi évolue, mais également pour que les mentalités évoluent elles aussi. 
Chantal Sébire a souhaité partir dans la légalité; Elle voulait certainement clarifier les choses pour elle, mais aussi pour ses enfants. Une fois de plus, rien n'a été humainement possible, puisqu'elle est morte seule chez elle. 
Au nom de Coralie, Vincent, Chantal et les autres, et pour que nous légalisions rapidement afin de pouvoir dignement accompagner nos proches si cela devait un jour nous arriver, nous ne pouvons pas rester indifférents à toute cette souffrance. Nous devons agir pour les malades, mais également pour les proches afin qu'ils puissent se reconstruire dignement eux aussi. Nous pensons souvent que les choses graves n'arrivent qu'aux autres, il n'en est rien. 
Je ne sais pas vraiment comment vous aider concrètement dans ce combat, mais je reste à votre disposition pour prendre part à une table ronde, ou pour vous aider concrètement sur le terrain si vous avez besoin de moi et de ma modeste mais très sincère contribution. 
Nous avons un devoir de mémoire envers ces enfants, ces hommes, ces femmes, qui au travers de souffrances ne peuvent aujourd'hui partir dignement et légalement. Pour eux, nous ne pouvons rester dans l'indifférence. 
Reposez-vous bien Silviane, car j'ai cru comprendre que coté santé les choses étaient encore difficiles. Je reviens vite vers vous lors de mon prochain passage sur Quimper.
Continuez à vous sentir mieux. Vous n'êtes pas seule. l'amitié c'est aussi cela. Donner du temps aux autres et partager les joies et les peines lorsque peines il y a. 
Bonne semaine Silviane. Bien cordialement. Nadine 
Retour haut de page
27 avril 2008 (Marie-Claude et Marc Pisquet, de Pont St Martin 44)
Chère Silviane,
Nous avons bien pensé à vous, lorsque "l'affaire Chantal" fut mise au grand jour et savions que cela allait remuer beaucoup de souvenirs pour vous, même ni n'avions pas complètement conscience de l'étendue du drame que vous avez vécu.
Nous ne nous permettrons pas des mots inutiles et peut-être maladroits, mais croyez à notre sincère souvenir amical. Marie-Claude et Marc
 
27 avril 2008 (Jean Pierre Osmas, de Quimper) UFC QUE CHOISIR
Bonjour,
Bien reçu votre document  et bien sûr très ému. J'ai 5 petits enfants et je remercie le Grand Architecte de les avoir préservés de tous les malheurs de cette terre. Si un jour, je peux vous rendre service ce sera avec plaisir. Amicalement. Jean Pierre Osmas
Retour haut de page
27 avril 2008 (Valérie et Philippe Costes, de Rueuil Malmaison 92)

Bonjour Madame LE MENN,
Nous sommes les parents de Jérôme qui nous a quitté le 21 décembre 2004, membres de l'ADMD pour encore quelques mois.
Si nous vous adressons ce courrier électronique c'est que vous aussi avez malheureusement
perdu un ange et que vous comprenez ce que jour après jour des parents peuvent vivre
ou plutôt " SURVIVRE " car lorsque vous perdez un être cher dans des conditions inacceptables
vous n'avez qu'un chemin celui du combat et de faire en sorte que d'autres enfants, d'autres mères et pères ne vivent des moments terrifiants.
Le combat, que nous menons ma femme et moi depuis 38 mois maintenant : pour dénoncer
le comportement de certains médecins dans la fin de vie de notre fils de 16 ans, ils ont agi
dans notre dos et au mépris de notre ange.
Nous avons eu la possibilité de nous exprimer sur le sujet de la fin de vie de notre fils de 16 ans,
à l'occasion de l'émission Sept à Huit du 23 mars 2008 et dire que jusqu'à notre dernier souffle nous nous battrons pour dire que notre vie, comme notre départ de ce monde, lorsque c'est la fin , nous appartient, à nous et à nous seuls.
Le combat que nous menons avec mon épouse continue et courant avril un collectif va naître
car d’autres personnes ayant vécu des faits inadmissibles nous rejoignent.
Dans cette société seul le nombre compte, un site web est en cours de finalisation, ce site sera
notre support pour faire entendre la voix de ceux qui ne veulent rester dans le déni.
Cordialement. Valérie et Philippe
Les parents de Jérôme qui a quitté ce monde à 16 ans dans l'irrespect de l'être humain.

Retour haut de page
26 avril 2008 (Jocelyne, de Quimper)
Je ne suis pas une personne courageuse, mais pour toi, par respect pour toi, j'ai partagé
une infime partie de ta souffrance en accompagnant de mon regard le calvaire de ta fille chérie.
Aucune mère au monde ne peut accepter un tel destin pour son enfant. Mon coeur est proche
du tien, le tien saigne et le mien pleure. J'ai signé la pétition, c'est vraiment important et ce en mémoire de Coralie. Chaleureuse Sylviane, tu as ouvert ton coeur au bout de 14 ans, je suis
à tes côtés. Très très tendrement. Jocelyne
 
25 avril 2008 (Nadine Le Hir, de Brest)
Chère Silviane,
Je suis bouleversée. Je vous connais un peu, mais je ne pensais pas que votre vie avait été
si difficile. Quel courage ! Quelle souffrance aussi.
Je reste sans voix et je ne puis m'empêcher de penser à Chantal Sébire à qui je pense souvent depuis que sa vie à été si médiatisée. Morte dans l'indifférence quasi totale cependant, car cette femme aurait mérité des obsèques nationale. Or, après autant de médiatisation, personne ne l'a vraiment respectée. Surtout pas les journalistes. Je pense à ses enfants. Aujourd'hui, je pense à vous aussi. Oh silviane ! Je suis tellement touchée si vous saviez. J'en ai presque honte.
Honte de n'avoir pas été plus proche en des moments où vous auriez peut être eu besoin
de monde à vos côtés. Le livre écrit pour votre fille ; il faudra que je le relise.
Je suis passée à coté des choses c'est certain. Je vous embrasse très fort. A bientôt je l'espère.
Nadine LE HIR
Retour haut de page
22 avril 2008 (Marie Humbert, maman de Vincent)
Bonjour,
Je découvre votre message et le site auquel il est fait référence.
J'éprouve beaucoup de tristesse à découvrir votre histoire et en même temps l'envie de vous témoigner de toute mon affection. J'espère sincèrement que votre action vous apporte réconfort
et force. Bien cordialement. Marie Humbert
 
17 avril 2008 (Jean-Louis Gironès) Délégué ADMD - Département 97
Un grand merci pour ces lignes d'amour que je viens de découvrir.
Quelle plus belle mort que celle qui précède une renaissance !
Amitiés fraternelles. Jean-Louis Gironès, Saint André, Ile de La Réunion
 
16 avril 2008 (Dominique Bourlet, des Philippines)
Chère Silviane,
Quelle photos bouleversantes de Coralie ! Quel destin tragique !
Je vais beaucoup penser à elle et à toi ce soir dans notre "healing circle" chez une medium et guérisseuse, Esther... Ces guérisseurs ont une efficacite évidente... il est vrai que les cancers en phase terminale sont beaucoup plus difficiles à traiter, de plus si une chimio lourde a été appliquée... et il est vrai aussi que ces "opérations" agissent plus sur le corps éthérique que sur la matière, le sang "visible" et que donc il faut les répéter parfois 2 ou 3 semaines chaque jour pour un résultat à la hauteur des espérances. Ce n'est pas une opération classique avec élimination en une seule fois de la cause du mal. Je t'embrasse. Dominique
Retour haut de page
16 avril 2008 (Monique Yvenat, de Dinéault)
J'ai lu avec attention tes écrits sur 'l'euthanasie". 
Aurais-je oublié un instant comment tu as pu être concernée par ce problème ?
Quand la loi permettra-t-elle aux gens que l'on aime de partir dans la dignité ?
Bien sur qu'il ne faut pas laisser faire n'importe quoi, il y aurait des abus, par contre une décision prise par un collège de médecins, infirmiers et la famille pourrait peut-être éviter que certaines personnes restent souffrir indéfiniment.
Dans mon malheur, encore si récent, mon mari ne s'est jamais plaint, était-ce pour ne pas me
peiner ou réellement le cancer a-t-il fait son oeuvre lentement en silence ? 
J'espère seulement qu'il ne souffrait pas, mais le doute restera toujours.
Je n'arrive toujours pas à réaliser qu'il ne reviendra plus, pourtant chaque jour, tant de choses
me le disent.
Le travail et le bénévolat me permettent de sortir peu à peu du gouffre où j'étais tombée.
Les enfants sont ma bouée de sauvetage. Je t'embrasse bien fort.. A bientôt ! Monique
 
16 avril 2008 (Ziani Raoul BALI - Délégué ADMD - Eure )
Bonsoir chère Madame,
Votre témoignagne m'est bien parvenu.
J'ai une réunion le 17 mai avec les adhérents ADMD du département de l'Eure. Je vais les en informer et leur communiquer les coordonnées de votre site.
Au-delà de l'émotion que l'on ressent à la connaissances des souffrances que votre petite fille
a enduré et du calvaire qui fut le votre, et celui de vos proches, on ne peut qu'être révolté par
cette soi-disante démocratie dirigée par des polititiens hypocrites, égoïstes et bornés qui
n'ont jamais eu le courage de légaliser l'euthanasie ou le suicide assisté ce qui inévitablement
créé des situations aussi horribles que celle à laquelle vous avez été confrontée.
Enfin je veux saluer votre exceptionnel courage et celui du docteur qui (malgré le manque
de moyens matériels) a accepté de pratiquer un geste d'amour et de compassion.
J'espère que votre témoignage poignant permettra de faire avancer le débat
en vue d'une Loi humaine sur la fin de vie. Meilleures salutations.
Ziani Raoul BALI . Délégué ADMD Département 27.
Retour haut de page
15 avril 2008 (Marie Hélène Le Doze, de Kerantorec)
Chère Silviane
C'est moi qui suis en immense admiration de votre courage, le mien est dérisoire, juste celui
d'une petite bretonne attachée à son sol, mais le vôtre... c'et celui d'une très très grande dame !
Je voulais vous écrire quand j'ai trouvé vos mails sur Coralie en rentrant de la maison de repos
St-Joseph de Quimperlé, mais ce que je ressentais était au-delà des mots et je n'ai pas fait le message avant maintenant.
Je voulais déjà vous écrire après Noël quand j'étais allée sur votre site et puis la fatigue aidant,
je ne vous ai rien dit alors même que je ressentais un terrible secret, une abominable douleur.
Vosu avez pris un très gros risque en parlant de la transition de votre fille comme vous le faites,
mais ce sera une libération pour Elle et pour vous.
Je serai à vos côtés en action pour relayer votre site, en pensée et en prières, comme nous le sommes sans nous connaitre depuis toutes ces années où nous communiquons de loin en loin
mais finalement de très près.
Ma deuxième fille s'appelle aussi Coralie, elle aura 31 ans samedi prochain.
Elle vient de perdre le bébé qu'elle attendait et c'est un moment difficile.
Le fils d'une amie, est mort à 34 ans, des suites de son irradiation à Mururoa quand il était bébé. Terrible injustice que l'Etat français ait pu ainsi jouer avec la vie des populations locales ou métropolitaines. Insoutenable.
Bon je suis désolée de vous écrire d'aussi tristes nouvelles mais elle n'atteindront jamais ce que vous avez vécu et portez encore. Le printemps breton nous apporte ses chants d'oiseaux et sa beauté. Que les dieux vous protègent chère Sylviane.
Avec tout mon soutien. Marie Hélène Le Doze
Retour haut de page
4 avril 2008 (Françoise Louarn, d'Argol) Conseillère Régionale de Bretagne
Courage à toi , Sylviane. Je suis, en les lisant, ce que tu écris.
Je te soutiens. Amitiés. Françoise Louarn
 
3 avril 2008 (Dominique Bourlet, des Philippines)
Chere Silviane,
Merci pour ce temoignage sur l'euthanasie...combien poignant avec l'exemple de Coralie,
si jolie avant sa maladie...Je suis jusqu'en mai aux Philippines ou j'etudie la guerison par la priere
des guerisseurs philippins, ces chirurgiens aux mains nues...je soigne aussi des patients sur mon chemin... Une prière spéciale pour Coralie.. Mille amitiés. Dominique
 
3 avril 2008 (Mapy Quinson, du Cameroun)
Oui, j'ai lu tes commentaires et je suis allée sur ton site ça me remue évidemment
Je crois que beaucoup de gens vont oser réclamer le droit de mourir dignement.
Ce n'est qu'un début. Bises Bon courage Tu n'as eu aucun contact des médias ? Mapy
Retour haut de page
18 mars 2008 (Mapy Quinson, du Cameroun)
Ce que j'ai lu dans la presse sur la demande de Chantal Sébire est incroyable !
Les propos de "la Boutin" sont d'une connerie !!! Je leur souhaite de ne jamais connaitre ce que vit Chantal et ce qu'a vécu Coralie. ça n'est pas près de changer en France!! il va falloir que Chantal Sébire aille mourir en pays étranger, c'est minable ! J'ai relu le texte de Coralie avec beaucoup d'émotion. As-tu eu des réactions à tes propos ? Bises. Mapy
 
10 mars 2008 (Mapy Quinson, du Cameroun)
J'ai lu avec intérêt les réponses sur France Soir
Si Dieu était vraiment à côté de Coralie ou Chantal, il n'aurait pas permis cela !!!
Bises de nous trois... Mapy
 
 
 
 
 
Retour haut de page
Google
Recherche sur le site www.abadennou.fr (un mot, un nom, une page)
   
  
Dernière mise à jour 07.12.2008 13:54
 
© 2004 - 2017 - Tous droits réservés - L’enregistrement, l’impression et la reproduction de textes est autorisée notamment dans un but pédagogique et scolaire sous condition expresse de mentionner le nom de l’auteur et de faire référence au site www.abadennou.fr
© Les droits photographiques appartiennent à leurs auteurs.Reproduction interdite sans autorisation -
Photothèque Le Menn, VALDO photos, Quinson et divers.