Abadennou.fr
Auteurs d'ici et d'ailleurs

Site officiel de la poétesse
Silviane Le Menn
En langue bretonne "abadennoù" est le pluriel de "abadenn" qui signifie : affaire, partie (de jeu), séance, représentation (théâtrale), instant, moment.
 
 
Silviane Le Menn
Silviane Le Menn, webmaster
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nadine Morano
 
 
 
 
 
 
 
 
Dossier euthanasie
 
Attention ! Photos choc

Coralie : images choc !

 
 
EUTHANASIES CLANDESTINES
ET BIOÉTHIQUE
 
 
 
2009 : Nadine Morano reçoit le président de l'ADMD
Ce jeudi 8 janvier 2009, Nadine Morano recevra Jean-Luc Romero afin d'évoquer l'action de l'ADMD. Notons que la secrétaire d'Etat à la famille s'est déclarée personnellement en opposition avec les conclusions de la mission d'évaluation conduite par Jean Leonetti.
 
 
 
à Madame Nadine MORANO, Secrétaire d'Etat chargée de la Famille
Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité
14, avenue Duquesne, 75350 PARIS 07
Quimper, le 27 octobre 2008
 
 

Madame la Secrétaire d'Etat,

J'ai bien reçu votre aimable lettre citée en référence dont je vous remercie.

La décision d'une mort sereine, décente, en toute transparence, médicalement assistée, n’appartient pas à une instance ! Cette décision intime et très personnelle appartient en premier lieu au malade en fin de vie, qu'il soit mourant, incurable ou dans un état végétatif, jeune ou âgé, hospitalisé ou non, branché ou non !

Le ou les médecins traitants et les proches sont concernés en second lieu. Il n'appartient pas prioritairement et unilatéralement aux services hospitaliers (et encore moins à un juge inconnu du malade) de décider quand la personne est autorisée à quitter sa vie, sa souffrance, ce triste monde ! 

Il n'est jamais fait mention des EUTHANASIES CLANDESTINES qui ont lieu la nuit à la maison, ou pire, dans certains hôpitaux sans avoir informé et recueilli le consentement des malades et des familles. En l’absence de loi digne de ce nom, ce qui se passe dans la vraie vie des gens est une honte ! Vous le savez… tout ceci est le secret de polichinelle ! Mais, chut ! Tabou !

On tourne autour du pot, on repousse les échéances, on retarde les choses, on gagne du temps… On envisage, à plus ou moins long terme, de rafistoler une loi Léonetti qui a le mérite d'exister mais qui ne résoud rien sur le fond ! Une loi pour le laisser mourir ? Le laisser crever ! Sédation terminale ? Euthanasie qui ne pas dit pas son nom ! Bien pratique pour continuer de « ménager la chèvre et le chou » au détriment des malades ! Comédie politico-religieuse ! J'en mourrais de rire si ce n'était si lamentable, si dramatique !

Lorsque mon heure sera venue, j'espère que je serai en état de me suicider proprement sans rien demander à personne. J'espère que je serai capable de prendre ma voiture, de la garer près de la rivière, la nuit, dans la descente de la cale, de fermer les portes à clé de l'intérieur avant d'avaler ma réserve de médicaments avec une ou deux bouteilles de whisky, la main ou le pied sur le frein pour laisser, avant de sombrer dans le coma, la voiture glisser dans l'eau !
Ainsi, je suis sûre de ne pas me rater ! J'ai envisagé ce scénario depuis longtemps !

Mais qu'est-ce que je pourrais faire si je suis dépendante, impotente, inconsciente ou grabataire, sous la coupe des soignants de l’hôpital où il est si affreux de mourir seul de
mort naturelle
ou, par exemple, en accélérant la « perf » parce que le service a « besoin d’un lit » ??? Je vous le demande ! Qui peut me certifier que l’équipe hospitalière ne sera pas adepte de l’acharnement thérapeutique ? Qu’on y tiendra compte de mes « directives anticipées » ?
Qui – en l’absence d’une une loi claire et nette, une loi qui rassure, une loi applicable et appliquée – peut me garantir une bonne mort ?

Je regrette beaucoup que vous n'ayez pas été entendue par la mission « truquée » de M. Léonetti qui a le toupet de dire, en interview : « J’ai reçu beaucoup de familles » ( !) alors, qu’en dehors des 50 spécialistes, experts ou responsables, acquis à sa cause, il n'a convoqué que 7 familles ou patients et le président de l'ADMD, M. Jean Luc Roméro ! On se fout de la gueule du peuple !

Attendre, attendre, encore attendre, toujours attendre... pendant ce temps des gens souffrent, meurent d'euthanasie plus ou moins clandestines, s'angoissent, sont contrariés, déprimés et de plus en plus en colère ! A quand la réelle séparation de l’Église et de l’État ?

Je vous remercie par avance de bien vouloir m'informer, dès que possible, du programme des ÉTATS GÉNÉRAUX DE LA BIOÉTHIQUE, concertation qui sera engagée en 2009 par le Gouvernement, lors de laquelle doit intervenir la révision de la loi "bioéthique" de 2004 (qui n'avait pas pris en compte, me semble-t-il, le droit à une fin de vie décente) ?

Je compte sur vous pour contribuer pleinement aux travaux qui seront menés dans ce cadre, pour défendre nos droits à une fin de vie décente, comme vous me l’écrivez.

Je fais appel à votre sensibilité, à votre humanité mais, quoi qu'il en soit, je ne perdrai plus jamais de temps pour aller aux urnes accomplir mon devoir de citoyenne, tant que la loi euthanasie
ne sera pas votée conformément aux exigences, à la logique et à la volonté de la majorité des français !

Je vous remercie sincèrement de l’attention que vous voudrez bien porter à nos revendications justifiées et je vous prie de croire, Madame la Secrétaire d'Etat, à l’expression de mes sentiments
les meilleurs.

Silviane Le Menn

 
 
Coralie - Euthanasie - Briser le tabou
Le reportage a été diffusé sur FRANCE 3 BRETAGNE dimanche 2 novembre 1ère journée mondiale pour le droit de mourir dans la dignité lors des journaux de France 3
Silviane Le Menn interviewée
par l'équipe de France 3 Iroise
au sujet de Coralie...
 
 
 
 
 
Étymologie du mot "euthanasie" : du grec, eu, bien, et thanatos, mort.

Euthanasie signifie « bonne mort » ou « belle mort ». Dans l'Antiquité, cet adjectif était utilisé pour qualifier une « mort réussie ». L’euthanasie consiste dans le fait de procurer une mort douce, sans souffrance, à des malades qui subissent d’atroces douleurs, atteints d'une maladie incurable ou qui sont en état d'agonie.

Selon le dictionnaire Larousse : Doctrine selon laquelle il est licite d’abréger la vie d’un malade incurable pour mettre fin à ses souffrances.

Le terme « euthanasie » a gardé une sinistre connotation à cause du prédateur fou Adolf Hitler
et des assassins nazis qui, pour camoufler leurs actes criminels et se justifier, parlaient de
« mesures euthanasiques » ! Ne mélangeons pas tout !

La plus large tolérance dans la plus stricte indépendance !
 
 
© Silviane Le Menn
 
 
Google
Recherche sur le site www.abadennou.fr (un mot, un nom, une page)
   
  
Dernière mise à jour lundi 04.09.2017 11:17
 
© 2004 - 2017 - Tous droits réservés - L’enregistrement, l’impression et la reproduction de textes est autorisée notamment dans un but pédagogique et scolaire sous condition expresse de mentionner le nom de l’auteur et
de faire référence au site www.abadennou.fr
© Les droits photographiques appartiennent à leurs auteurs.Reproduction interdite sans autorisation -
Photothèque Le Menn, VALDO photos, Quinson et divers.