Abadennou.fr
Auteurs d'ici et d'ailleurs

Site officiel de la poétesse
Silviane Le Menn
En langue bretonne "abadennoù" est le pluriel de "abadenn" qui signifie : affaire, partie (de jeu), séance, représentation (théâtrale), instant, moment.
 
 
Silviane Le Menn
Silviane Le Menn, webmaster
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Eluana Englaro
 
 
 
 
Expérimentations animales !!!
 
 
 
 
 
 
 
 
Libération de l'âme avant la réincarnation
 
 
 
Amour
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Dossier euthanasie
 
Attention ! Photos choc
Coralie : images choc !
 
 
ELUANA ENGLARO
OTAGE
DES ULTRA-CATHOLIQUES

Morte-vivante pendant 17 ans

 
 
LES JEUX DU CIRQUE ENFIN TERMINÉS

La Paix pour Eluana Englaro, OTAGE du PAPE, chef de l'OPUS DEI
OTAGE des fanatiques, des bien-pensants, des cul-bénis,
des grenouilles de bénitier, des bigots et des bigotes extrémistes
qui s'octroient le pouvoir et le droit de DOMINER le MONDE !

Bataille désormais perdue pour l'Eglise catholique qui assimile l’arrêt de l’alimentation artificielle à un meurtre et a fait du cas d’Eluana ENGLARO (dans le coma en ITALIE depuis 1992) un symbole de sa lutte contre l’euthanasie. La longue bataille juridique est enfin terminée !
 
 
Lundi 9 février 2009 : Eluana Englaro est morte peu après 20 heures

AU-REVOIR ELUANA

De noir emmitouflé
Son bonheur est en berne
Sa mort est arrivée
Et son cœur se referme

Au creux des nuits glaciales
Son grand cœur a gelé
À la périphérie du bal
Où il avait dansé

Les soirs en robe grise
Osent à peine effleurer
Ses rêves, par surprise
En haut de l’escalier

Ses plaisirs éphémères
Dansent fous feux follets
En gais sons et lumières
Guirlandes de baisers

Puis, femme, elle se donne
Tel un ardent brasier
À la mort qui fredonne
Enfin réalité

Alors vient l’heure exquise
Où dormir est liesse
Dans le lit de la mort
Aux plus chaudes caresses

Silviane Le Menn

Photo Alecio de Andrade, Paris

Enfin... et heureusement pour elle et sa famille,
Eluana est partie
et personne ne la fera revenir, même pas les prières des "croyants" à leur Dieu hyper-hypothétique...

Les ultra-catholiques veulent une autopsie et une enquête ! Ils n'ont honte de rien ! Quelle bande de grands malades... les fanatiques catholiques ne s'avoueront jamais vaincus.. Ils veulent toujours avoir le dernier mot, toujours avoir raison... ce sont des névrosés obsessionnels, des malades mentaux gravement atteints de délire mystique....

Voir : Le Salon Beige: La mort d'Eluana ne clôt pas le débat
Il est question d'autopsie et d'enquête... Dans leurs délires mystico-politique, ils sont les rois du monde ... Ce n'est pas de religion dont il est question dans cette "affaire", c'est de POUVOIR et de FRIC !

Cette nuit, j 'ai mal dormi, atroce... et ce matin, j'ai envie de vomir en lisant "la prose des extrémistes et leurs abo-minations Beurk... ces malfrats despotes fous envoûteurs sont tous adeptes de la même secte grave qui veut imposer son droit de vie et de mort, sans oublier le droit de cuissage !

Suite à mes propos au sujet d'Eluana, j'ai reçu un commentaire typiquement ultra-catholique, mais j'ai décidé  de procéder dorénavant comme Michel Janva, célèbre propagandiste papal sur le blog  laïque extrémiste LE SALON BEIGE (partie visible de l'icebert de l'intégrisme religieux qui sévit en France) ! En effet, Michel Janva ne publie jamais les commentaires  contradictoires !

Contrairement à ce dont les fanatiques catholiques m'accusent systématiquement, je n'ai pas de haine au fond de mon coeur ! En parfaits ultra-catholiques, ceux-ci renversent les rôles, jugent sans savoir et, me concernant  ils ont raté quelques épisodes ! Ils n'ont rien à m'apprendre et encore moins de leçons à me donner...

J'ai une froide colère contre les abrutis ultra-catholiques imbus d'eux-mêmes et de leur unique vérité dont ils sont les seuls détenteurs ! Ces "malades" sont pétris de haine, sans compassion authentique, sans humanité... Ces fanatiques  veulent dominer le monde au nom du Pape, de Dieu, Jésus, Marie, Joseph et tous les saints...Sans vergogne, ils accusent les autres de ce qu'ils sont : intolérants, inconscients, méchants et ignorants de bien des  choses de la vraie vie — qui ne peut se regarder avec le petit bout de la  lorgnette, ni de l'intérieur des bulles papales et encore moins à travers le nombril du Pape !

Tout ce qui a un début a une fin...  La médecine et la science connaissent leurs limites...  Eluana était "usée", le squelette rétracté, les muscles fondus et le coeur est un muscle. Il n'a donc pas été nécessaire d'utiliser de moyens radicaux pour que son coeur "lâche" et qu'elle quitte enfin, définitivement, cette terre de misère qui ne lui avait pas réservé un destin favorable comme ma fille Coralie : des vies pleines de promesses qui s'arrêtent brutalement à 20 ans !
Silviane Le Menn


10.2.2009 : Vous aviez raison Silviane, Eluana est décédée ! Paix à son âme et paix dans
le coeur de sa famille ! C'est une victoire pour eux et pour nous aussi ! La voici enfin délivrée de ce qui n'était plus une vie !!! Je vous embrasse, Clo.


Les médecins qui ont eu le COURAGE d'accepter de prendre la FIN de VIE d'ELUANA en CHARGE et qui ont interrompu l'alimentation et l'hydratation (depuis le vendredi 6) publieront prochainement le communiqué suivant : " Eluana n'est plus ! Elle nous a définitivement
quitté ! Son coeur usé s'est arrêté cette nuit !"
En effet, il est logique que le corps de la malheureuse Eluana et son coeur soient "usés" au bout de tant d'années de vie végétative...

Le CIRQUE des magouilles politiques du PAPE s'arrêtera par la FORCE des CHOSES...
Que les fanatiques religieux le veuillent ou non, la chère ELUANA est près du BUT, près de SA liberté...

L'humanité DOIT s'éveiller à SA PROPRE LOGIQUE, à sa propre CONSCIENCE, au-delà des dogmes, des rites et cérémonies, au-delà des hiérarchies religieuses et des sectes MANIPULATRICES des masses populaires !

Ecrit le lundi 9 février 2009 : SILVIANE LE MENN


Je me sens mieux depuis ce matin, depuis que j'ai lu (grâce aux alertes Google), qu'Eluana n'est plus alimentée depuis vendredi dernier 6 février 2009 et que le processus est irréversible au bout de 5 jours...

Le pape et ses fanatiques vont donc être court-circuités selon toute vraisemblance...
Grave échec irréversible pour notre "scinde mierda puantatis" l'église !
Maintenant qu'Eluana n'est plus dans les "griffes" des bonnes soeurs, l'alimentation étant suspendue depuis vendredi, Eluana ne peut en aucun cas se "rétablir" !

Eluana est certainement sous sédation pour qu'elle ne souffre PAS davantage : elle ne vivra donc plus LONGTEMPS ! Paix à son âme !
Il y a tout de même des médecins "normaux"... même en Italie ! C'est réconfortant de le savoir !
La durée du coma d'Eluana correspond au laps de temps écoulé depuis l'euthanasie de Coralie
(à 2 ans près) !

Ecrit le dimanche 8 février 2009 : SILVIANE LE MENN


Les intégristes extrémistes ulta catholiques romains ont la dent dure !
On nage en plein délire ! On marche sur la tête ! Le pape B16 et ses adeptes ont raison sur tout, tout le temps et sur tout le monde ! Leur vérité est supérieure à toutes autres vérités
du monde ! Les catholiques n'ont-ils pas commis assez d'abus au nom de Jésus ??? STOP !

Tout ce CIRQUE autour de la malheureuse Eluana Englaro aura heureusement et enfin, un résultat inverse et servira inévitablement à ouvrir les yeux des catholiques AVEUGLES et
les oreilles des catholiques SOURDS !

Le temps est venu que les catholiques de base se réveillent et prennent CONSCIENCE qu'ils sont victimes des manipulations d'une secte richissime, parfaitement organisée, une gigantesque lobby qui s'est scrupuleusement édifié depuis 2009 ans à coups de mensonges et de magouilles politiques et financières occultes, la plupart du temps ! L'heure est grave !
Il est plus que temps que chacun médite sur le pourquoi du comment et sur les dessous sales de l'église catholique, apostolique et romaine ! Une monarchie, proclament-ils eux-même !

Silviane Le Menn

 
... Un débat où s'affrontent "ceux qui se sentent les défenseurs de la vie et qui ont proclamé que les autres étaient les adeptes de la mort", note Adriano Sofri dans La Repubblica, de Rome. L'ancien activiste d'extrême gauche estime plutôt qu'il s'agit d'une querelle entre "ceux qui veulent priver les personnes de leur libre choix et ceux qui veulent qu'elles le conservent. D'un côté, le respect et l'affection envers ceux qui font ce choix pour eux-mêmes et ceux qui leur sont chers. De l'autre, au nom d'un principe absolu, l'imposition d'une vie contrainte, fût-ce au prix d'une profanation des corps et d'un kidnapping des personnes." ...
... Dans les colonnes de L'Unità, l'organe du Parti démocrate, le juriste Luigi Manconi remarque que, si plusieurs intellectuels catholiques italiens ont reconnu que le "cas Englaro" constituait "une extraordinaire nouveauté culturelle et religieuse en faveur du droit à l'autodétermination comme expression de la liberté de conscience et de la liberté des chrétiens", cela est dû "au fait que toute la jurisprudence a reconnu le droit de Beppino Englaro de décider du sort ultime de sa fille.
Pour une fois, le droit s'est exprimé de façon claire et irrévocable. Et cela s'est produit parce que la famille Englaro s'est adressée à la justice et uniquement à elle. Comme dans les tragédies grecques, et comme pour toutes les victimes de toutes les époques, la douleur la plus intime – si elle trouve le courage de se manifester dans l'espace public – peut devenir une force puissante, capable d'établir de nouvelles règles et de protéger les libertés collectives." ...
 
21.1.2009 - LIBERATION : Euthanasie : la région du Piémont veut aider une jeune femme à mourir Une région d'Italie accepte d'accueillir Eluana, dans le coma depuis 17 ans, pour l'aider à mourir malgré les pressions du gouvernement et de l'Eglise.
21.12.2008 - EUROPE1 - Italie : Eluana Englaro obtient le droit de mourir
En Italie, le débat sur la fin de vie fait rage, notamment à propos d’une jeune femme aujourd’hui âgée de 37 ans. Eluana est plongée dans le coma depuis 17 ans. Une décision de justice vient d’autoriser de la transférer dans une clinique pour accompagner la jeune femme vers la mort, et ainsi stopper son alimentation. Mais le gouvernement a rappelé que cette action est hors la loi.
[Lire la suite]
 
ROME, 16 décembre 2008 (AFP) -
Le gouvernement italien
a adressé mardi une directive aux collectivités locales afin qu'elles interdisent aux hôpitaux publics de procéder à l'arrêt de l'alimentation artificielle d'une jeune femme dans un état végétatif, procédure pourtant autorisée par la Cour de cassation.

"J'ai estimé que c'était mon devoir d'émettre cette directive, afin que les établissements du système (public) de santé respectent le devoir de garantir à toutes les personnes (...) le droit à la nutrition et à l'hydratation", a déclaré lors d'une conférence de presse le ministre de la Santé, Maurizio Sacconi.
Il a estimé que tout établissement hospitalier public qui procéderait à l'arrêt de l'alimentation artificielle d'Eluana Englaro, 37 ans, plongée dans un état végétatif depuis 1992, irait "contre la loi".
Le dernier obstacle juridique à l'arrêt de l'alimentation artificielle d'Eluana Englaro, 37 ans, a été levé le 13 novembre par la Cour de cassation, une décision vivement dénoncée par le Vatican qui a estimé qu'on "envoyait une jeune fille à la mort".
Vendredi, la région Toscane (centre) s'était dite prête à accueillir Eluana pour "l'accompagner" vers la mort.
Le père de la jeune femme demandait depuis des années que sa fille, dans un état végétatif depuis un accident de voiture et hospitalisée dans une institution religieuse, cesse d'être maintenue en vie artificiellement. Il assure qu'Eluana ne l'aurait pas voulu.

Mardi à Rome, quelque 400 personnes, des bougies à la main, ont manifesté derrière une pancarte proclamant "Laissez-nous vivre, pour donner une voix à ceux qui n'ont pas de voix",
avec des malades dans des fauteuils roulants.

"Donner à boire et à manger n'est pas de l'acharnement thérapeutique et faire mourir quelqu'un de faim et de soif me semble totalement inacceptable", a déclaré à l'AFP Giorgio,
un membre de l'association Mouvement pour la vie venu de Milan (nord) pour participer
à la manifestation.


La Croix - Le débat sur l’euthanasie relancé en Italie - Un débat où le Saint Siège est très présent
DOSSIER DE PRESSE (Euthanasie)
 
 
 
À Rome, Richard Heuzé
01/08/2008 | Mise à jour : 20:31 | Commentaires 15
Depuis 1999, des parents réclament le droit de cesser de maintenir
en vie leur fille de 36 ans, dans le coma depuis 16 ans.
 
ELUANA ENGLARO, une grande et belle jeune femme, sombre dans le coma après un accident de la route en avril 1992. À l'hôpital de Lecco (Lombardie) où les médecins la maintiennent en vie depuis seize ans à l'aide de réanimateurs artificiels, son cas est jugé désespéré : encéphalogramme plat, aucun es­poir d'un retour à la conscience.

Neuf fois, les juges se sont penchés sur son cas, ordonnant tantôt de poursuivre cette vie végétative, tantôt d'accéder aux désirs de sa famille d'interrompre tous les soins et de la laisser mourir en paix.

Le 9 juillet dernier, dans une sentence qui paraît la plus motivée de toutes, la cour d'appel civile de Milan accède à la volonté des proches et ordonne de débrancher les appareils respiratoires. La sentence est immédiatement exécutoire : on pense assister à la fin du cauchemar que vivent Eluana et ses proches. À tort.

Le Vatican dans un premier temps, des communautés chrétiennes et diverses associations contestent le droit d'un tribunal civil de décider de la vie ou de la mort d'un être humain. « Protestations ou pas, la situation n'a pas changé », argumente la famille, aidée par son avocat : « Nous demandons aux médecins de faire acte d'héroïsme pour ne pas introduire de fait l'euthanasie dans le droit italien. » Les évêques se déclarent « préoccupés » que l'on puisse « donner la mort par une décision de justice ».

Appels, contre-appels, manifestations, pétitions : les associations catholiques pour la défense du droit à la vie invitent à déposer symboliquement une bouteille d'eau minérale devant l'hôpital. Le croisé antiavortement, le journaliste Giuliano Ferrara, figure parmi les premiers à répondre à cet appel. Un couvent se propose de prendre en charge Eluana « jusqu'à la fin naturelle de ses jours ».

« L'ultime offense à ma fille »

La classe politique s'empare de l'affaire. Dans la soirée de jeudi, la Chambre des députés, après avoir débattu du cas d'Eluana, décide de soulever devant la Cour constitutionnelle une exception d'« inconstitutionnalité » pour conflit de compétence entre instances judiciaire et parlementaire. Une majorité de députés estiment que les juges n'avaient pas à se prononcer sur les modalités de la fin de vie qui sont, selon eux, de la compétence des législateurs. De son côté, le procureur général de Milan a introduit un recours devant la Cour de cassation contre le jugement du 9 juillet. « Il n'est pas certain qu'Eluana soit privée de conscience », dit-il.

Les médecins se défendent de vouloir jouer sur les émotions. Ils recommandent de débrancher
le poumon artificiel « exclusivement sur la base de considérations médicales, sans entrer dans
les mérites éthiques de la sentence ». Un report semble pourtant inévitable

Pappa Beppino, le père de la jeune fille, est désespéré : l'entrée en scène de la politique constitue « l'ultime offense à ma fille », dit-il.
 
Le papa d'Eluana
 
 
LE SALON BEIGE
Posté le 1 août 2008
par le fanatique
Michel Janva
 
ITALIE : recours contre la mort programmée d'Eluana Englaro
Le procureur général de Milan a introduit hier soir un recours contre la décision de la justice italienne d'autoriser l'arrêt de l'alimentation d'une femme dans le coma depuis plus de
16 ans
. Le substitut Maria Antonietta Pezza a demandé à la Cour de cassation d'annuler le jugement de la Cour d'appel de Milan du 9 juillet dernier autorisant le père d'Eluana Englaro
à interrompre "l'hydratation et l'alimentation forcées" qui maintiennent en vie sa fille plongée dans le coma à la suite d'un accident de la route le 18 janvier 1992.

Le procureur général estime que les juges d'appel "n'ont pas établi avec suffisament d'objectivité l'irréversibilité de l'état végétatif permanent"

Le recours du procureur général a un effet suspensif et rend donc impossible l'arrêt du traitement administré à Eluana dans un hôpital de Lecco (nord). La famille Englaro réclame à la justice qu'on la laisse mourir depuis 1999 mais une forte mobilisation italienne s'oppose à sa mise à mort.

 
 
Étymologie du mot "euthanasie" : du grec, eu, bien, et thanatos, mort.

Euthanasie signifie « bonne mort » ou « belle mort ». Dans l'Antiquité, cet adjectif était utilisé pour qualifier une « mort réussie ». L’euthanasie consiste dans le fait de procurer une mort douce, sans souffrance, à des malades qui subissent d’atroces douleurs, atteints d'une maladie incurable ou qui sont en état d'agonie.

Selon le dictionnaire Larousse : Doctrine selon laquelle il est licite d’abréger la vie d’un malade incurable pour mettre fin à ses souffrances.

Le terme « euthanasie » a gardé une sinistre connotation à cause du prédateur fou Adolf Hitler
et des assassins nazis qui, pour camoufler leurs actes criminels et se justifier, parlaient de
« mesures euthanasiques » ! Ne mélangeons pas tout !

La plus large tolérance dans la plus stricte indépendance !
 
 
 
 
   
 
Google
Recherche sur le site www.abadennou.fr (un mot, un nom, une page)
   
  
Dernière mise à jour lundi 04.09.2017 11:21
 
© 2004 - 2017 - Tous droits réservés - L’enregistrement, l’impression et la reproduction de textes est autorisée notamment dans un but pédagogique et scolaire sous condition expresse de mentionner le nom de l’auteur et
de faire référence au site www.abadennou.fr
© Les droits photographiques appartiennent à leurs auteurs.Reproduction interdite sans autorisation -
Photothèque Le Menn, VALDO photos, Quinson et divers.