Abadennou.fr
Auteurs d'ici et d'ailleurs

Site officiel de la poétesse
Silviane Le Menn
En langue bretonne "abadennoù" est le pluriel de "abadenn" qui signifie : affaire, partie (de jeu), séance, représentation (théâtrale), instant, moment.
 
 
 
 
 

 

 
 
 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
Index Accueil Liens Partenaires Faites un don Rencontre Contact
Littérature 
 
 
DE YAOUNDÉ À DOUALA
Silviane Le Menn

 
 
Histoire africaine, histoire vraie
 
En cours de route, dans la voiture,
Félicité raconte
"la vie dans son village du Cameroun"
 

Quand je vais 15 jours en vacances, je vais au village, chez mes grands-parents. Au village, c’est bien. Il y a 10 personnes ou 15 qui habitent au village. Il n’y a rien. Pas de radio, pas de télévision, pas d’électricité. Une seule lampe tempête ! Il n’y a pas l’eau courante. C’est comme ça la vie au Cameroun, ici en Afrique, au village. 

Chez nous, le soir vous dormez sur le lit en bambou dans la case. Sous le lit en bambou ce sont les coqs et les poules qui viennent dormir. Ils dorment là. Le matin, le coq sort de sous le lit et il va dehors. Il passe en dessous la porte. Alors, là, vous savez que c’est le matin car il chante. Alors vous dites « c’est le matin » et vous ne dormez plus.. Vous allez chercher l’eau et vous vous préparez pour aller au champ. Après vous revenez pour faire votre cuisine.

Au village, parfois on peut manger un singe si un chasseur l’a attrapé. Ce n’est pas autorisé, mais il y a toujours un homme ou un enfant qui chasse pour manger ou pour vendre s’il n’a pas l’argent. Tu dois prendre dix minutes pour préparer. C’est facile. La viande va cuire une heure
et demie environ. Avant, tu dois dépouiller ton singe et vider l’intérieur. Pour cuire, tu prends le tronc et les cuisses et tu mets la moutarde. Tu fais un feu avec le bois ou le charbon de bois, tu mets un bâton dans le singe, tu places ce bâton au-dessus du feu sur les deux autres bâtons et tu fais rôtir. Tu dois tourner ton singe de temps en temps pour ne pas brûler. Il va cuire comme ça.
Quand ta viande est vraiment dorée, tu mets le sel et tu manges avec les autres.
C’est bon et ça donne des forces !

En Afrique, beaucoup de personnes savent bien faire la cuisine. Une femme m’a donné sa recette pour les chenilles : il faut très bien nettoyer et enlever les piquants. Tu fais bouillir
un peu, une minute, tu jettes l’eau, tu laves, tu jettes encore l’eau et tu laisse attendre une demi-journée dans l’eau quand les chenilles sont séchées. Tu écrases les graines de courge pour faire une pâte. Tu dois laver les paquets de feuilles de koko. Tu épluches l’oignon, tu coupes en petits morceaux et tu mets à frire dans l’huile de palme. Après tu coupes tes deux tomates et tu mets avec l’oignon, puis tu mets les chenilles, le sel et le piment. Tu mets l’eau froide, tu laisses un peu bouillir et cuire un moment, quinze minutes. Alors tu mets la pâte de courge, tu remues et laisses cuire encore un moment, quinze minutes environ. Pour finir, tu mets le koko qui a déjà cuit, le sel et le piment. Tu laisses encore cuire quelques minutes et tu manges quand c’est encore chaud.

Chez nous, quand on n’a rien, on mange seulement le manioc ou le riz avec la sauce au piment, parfois on mange le poulet ou le poisson. C’est bon, c’est notre nourriture.
Au village, on mange ce qu’on peut manger et les bananes et les fruits, quand la saison est arrivée, si on ne peut vendre.

Chez nous, c’est les hommes d’un côté, les femmes ensemble de l’autre côté. Quand les hommes discutent les femmes ne peuvent pas rester. Quand vous mangez, les poules et les moutons viennent, ils nous disent « donnez-nous aussi ». On leur jette et on les chasse. Et ils reviennent encore.

Le soir tout le monde se rassemble car je viens de la ville. Ils viennent tous me voir car parfois
ça fait 5 ou 6 ans qu’ils n’ont pas vu une bouteille de whisky pour boire.

Au village c’est bien il n’y a rien. Il n’y a pas d’usine, il n’y a rien dans l’air, l’air est pur. Il n’y a rien, rien que de la verdure, la verdure.
Pas de bruit, c’est calme, il n’y a aucun bruit…
 
 
 
 
© Silviane Le Menn (1994)
 
 
Google
Recherche sur le site www.abadennou.fr (un mot, un nom, une page)
   
  
Dernière mise à jour mercredi 02.07.2014 11:56
 
© 2004 - 2014 - Tous droits réservés - L’enregistrement, l’impression et la reproduction de textes est autorisée notamment dans un but pédagogique et scolaire sous condition expresse de mentionner le nom de l’auteur
et de faire référence au site www.abadennou.fr
© Les droits photographiques appartiennent à leurs auteurs.Reproduction interdite sans autorisation
Photothèque Le Menn, VALDO photos, Quinson et divers.