Abadennou.fr

Site officiel de la poétesse
Silviane Le Menn
En langue bretonne "abadennoù" est le pluriel de "abadenn" qui signifie : affaire, partie (de jeu), séance, représentation (théâtrale), instant, moment.
 
 
Silviane Le Menn
Silviane Le Menn, webmaster
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jean-Pierre KLEIN
 
 
 
 
 
 
 
Dossier euthanasie
 
Attention ! Photos choc

Coralie : images choc !

 
 
MEURTRE PAR OMISSION
Une pièce de Jean-Pierre KLEIN
Mise en scène de Philippe Adrien
 
 
 

La pièce MEURTRE PAR OMISSION est créée le 12 novembre 2008 à PARIS
Elle se joue jusqu'au 11 décembre 2008 au théâtre de l'ATALANTE
Place Charles Dullin, 75018 Paris (métro Anvers) derrière le théâtre de l'Atelier
Tous les jours à 20 h 30' (sauf le mardi), le samedi à 19 h et le dimanche à 17 h
Réservations : 01 46 06 11 90
Mise en scène de Philippe Adrien (par ailleurs, directeur du théâtre de la tempête) avec trois interprètes très reconnues dans le monde du théâtre, Agathe Alexis, Anne de Broca, Nicole Estrabeau

 
 
Des débats auront lieu certains soirs : le premier aura lieu après la représentation de 20 h 30'.
Il sera animé par Jean-Luc Romero, président de l'ADMD.
 
Le livre est édité aux Éditions de l’AMANDIER, 56 boulevard davout, 75020 Paris
Préface de Henri Caillavet
 
Questions que pose la dernière création du docteur Klein : "MEURTRE PAR OMISSION" sur la réponse au désir de mourir en fin de vie ainsi que sur l'attribution à autrui d'un désir de mourir sans qu'il en ait manifesté la demande :
 
Que faire quand un proche aimé vous demande de l’aider à mourir parce qu’il perd son intégrité physique et mentale ?
Comment les survivants dépassent-ils l’acte, ceux qui l’ont effectué, ceux à qui cela n’a pas été demandé ?
Peut-on décider pour une personne qui est dans le coma qu’elle veut ou doit mourir si elle n’en a pas manifesté le désir au cours de sa vie ?
A-t-on la liberté ultime de décider de sa mort ?
Comment réglementer au plus juste, au plus respectueux, au plus légal ?
Quelles conditions sont faites aux personnes en fin de vie et que peut-on proposer ?
 
Résumé de la pièce

Deux soeurs au chevet de la troisième, Claire, tombée dans le coma.
Leur père est-il mort de la bonne mort ?
Un secret familial insupportable, un nouveau secret plus terrible encore.
A-t-on le droit d'attenter à ses jours au prétexte d'alléger ses souffrances?
Comment expliquer cela ?
Comment vivre avec l'abandon où une telle décision nous entraîne, soi et les autres ?

La respiration, les gémissements, les quelques mouvements du corps de Claire vont scander le dialogue entre les sœurs, se jouant le jeu du "à qui la faute ?" avec une ironie subtile et mordante, entre reproches, justifications malhabiles et tendresse esquissée.

 

Psychiatre honoraire des Hôpitaux, Directeur de l’Inecat, Institut national d’expression, de création, d’art et thérapie (établissement privé d’enseignement supérieur), Président de la fédération internationale de thérapie et relation d’aide par la médiation (Conseil de l’Europe), le docteur
Jean-Pierre Klein
écrit des pièces de théâtre sur les drames auxquels son expérience l'a confronté : maladie d'Alzheimer, autisme, accouchement sous x, pédophilie, procréation assistée, eugénisme négatif, exploitation des enfants au travail, etc.

Ses pièces ne prennent pas parti mais exposent des situations dans toute leur complexité.
Des débats les suivent souvent, tentant de cerner les problématiques en question

 
 
Sur la scène du théâtre
 
 
 
Étymologie du mot "euthanasie" : du grec, eu, bien, et thanatos, mort.

Euthanasie signifie « bonne mort » ou « belle mort ». Dans l'Antiquité, cet adjectif était utilisé pour qualifier une « mort réussie ». L’euthanasie consiste dans le fait de procurer une mort douce, sans souffrance, à des malades qui subissent d’atroces douleurs, atteints d'une maladie incurable ou qui sont en état d'agonie.

Selon le dictionnaire Larousse : Doctrine selon laquelle il est licite d’abréger la vie d’un malade incurable pour mettre fin à ses souffrances.

Le terme « euthanasie » a gardé une sinistre connotation à cause du prédateur fou Adolf Hitler
et des assassins nazis qui, pour camoufler leurs actes criminels et se justifier, parlaient de
« mesures euthanasiques » ! Ne mélangeons pas tout !

La plus large tolérance dans la plus stricte indépendance !
 
 
 
 
 
 
 
© Silviane Le Menn
 
 
Google
Recherche sur le site www.abadennou.fr (un mot, un nom, une page)
   
  
Dernière mise à jour lundi 04.09.2017 11:31
 
© 2004 - 2017 - Tous droits réservés - L’enregistrement, l’impression et la reproduction de textes est autorisée notamment dans un but pédagogique et scolaire sous condition expresse de mentionner le nom de l’auteur et
de faire référence au site www.abadennou.fr
© Les droits photographiques appartiennent à leurs auteurs.Reproduction interdite sans autorisation -
Photothèque Le Menn, VALDO photos, Quinson et divers.