Abadennou.fr
Auteurs d'ici et d'ailleurs

Site officiel de la poétesse
Silviane Le Menn
En langue bretonne "abadennoù" est le pluriel de "abadenn" qui signifie : affaire, partie (de jeu), séance, représentation (théâtrale), instant, moment.
 
Silviane Le Menn
Silviane Le Menn, webmaster
 
 
 
 
 
 
OCCASIONS
 

 

 
 
 
 
 
Poèmes 
 
 
 
VOEUX 2008
 
DREAMCATCHER
L'ATTRAPE-RÊVES
 
 
 
 
On dit que l'attrape-rêves
renferme le destin du futur.
 
Attrape rêves
 

Selon la culture amérindienne, il garde les belles images de la nuit et détruit les mauvaises. Les mauvais rêves restent pris dans le filet pour être brûlées par les premières lueurs du jour.
Alors que les beaux rêves passent par le trou au centre du filet et restent dans les plumes autour du cerceau en saule.Les plumes représentent l'amour, la douceur et la bonté.

 
attrape rêves

 

Année nouvelle
Je l’ai rêvée belle 
Heureuse année
Je l’ai rêvée 

Paix chaque journée
Réussite sans limite
Santé à l’apogée
Amour à tous les carrefours
Prospérité embarquée

Ordre au lieu des désordres
Harmonie et symphonies
Frères à la place de guerres

Je rêve
Tu rêves
Nous rêvons
Rêves à réaliser
On en rêvait
Depuis tant d’années

Année nouvelle
Je l’ai rêvée belle 
Année 2008
Je l’ai rêvée magique

 
© Silviane Le Menn, 28 décembre 2007
 

attrape-rêve

 
 
 
 
Dreamcatcher, l'attrape-rêves
 
Plusieurs légendes racontent l'origine de l'attrape-rêves.
Ces légendes varient d'une tribu indienne à l'autre.


Voici les plus connues :
 

Les Micmacs racontent qu'une grand-mère qui cousait des vêtements dans la lumière tamisée de son wigwam entendit un jour une petite voix qui pleurait dans un coin. Elle leva les yeux et demanda: "Qui est-ce qui pleure et pourquoi pleures-tu ? " La petite voix répondit: "Ici, c'est moi grand-mère..." La grand-mère leva les yeux et aperçu une petite araignée. "Je pleure, parce que tout le monde a peur de moi. Ils disent tous que je ne sers à rien. La grand-mère fût bien peinée d'entendre ce que l'araignée avait à dire. Elle lui répondit: "Eh bien, je crois que je peux faire quelques chose pour toi. Dorénavant, quand tu tisseras ta toile au-dessus de l'endroit où l'on dort, les mauvais rêves resteront pris à l'intérieur et seront détruits par le soleil. Ainsi, on ne fera plus que des bons rêves..."

Chez les Objibway, aussi appelé Chippewa (tribu indienne du Canada), on dit qu'il y a bien longtemps, une araignée appelée Asibikaashi protégeait les enfants de la tribus en tissant sa toile au-dessus de l'endroit où ils dormaient. Les mauvais rêves, les mauvaises pensées et les mauvaises vibrations restaient accrochés dans la toile et étaient détruits par le soleil du matin. Mais au fil des années, la tribu grandit et les Objibway dûrent se disperser sur leur territoire. Comme l'araignée n'était plus capable de visiter tous les wigwams, elle demanda aux femmes de la nation de l'aider dans sa tâche. Les femmes se mirent alors à tisser un réseau de fils semblables à une toile d'araignée à l'intérieur d'un cerceau de bois à l'aide de fibres végétales ou animales.

Une autre légende raconte qu'il y a bien longtemps, lorsque le monde était encore jeune, un vieux et sage chef Lakota se rendit sur une haute montagne où il eut une vision. Dans cette vision, Iktomi, le Grand Sage, Enseignant de la Sagesse, lui apparut sous la forme d'une araignée. Iktomi s'adressa à lui dans un langage sacré. Et pendant qu'il parlait, Iktomi l'Araignée s'empara de l'anneau de sagesse du vieux Lakota qui était orné de plumes, de crins de cheval, de perles et d'offrandes, et commença à tisser une toile.

Il parla au vieux Lakota des cycles de la vie : comment nous commençons tous notre existence en tant qu'enfants, puis traversons l'enfance et l'âge adulte. Finalement, nous atteignons un âge avancé où il faut s'occuper de nous comme on le fait des enfants, complétant ainsi le cycle. "Mais", dit Iktomi tout en continuant à tisser sa toile, "dans chaque existence il y a de nombreuses forces ; certaines sont bonnes et d'autres mauvaises. Si tu écoutes les bonnes forces, elles te guideront dans la bonne direction. Mais si tu écoutes les mauvaises forces, elles te mèneront dans la mauvaise direction et risquent de te nuire. Donc ces forces peuvent aider ou, au contraire, interférer avec l'harmonie de la Nature." Et pendant que l'araignée parlait, elle ne cessait de tisser sa toile.

Lorsque Iktomi s'arrêta enfin de parler, il donna sa toile au vieux Lakota et dit: "cette toile est un cercle parfait avec un trou au centre. Utilise cette toile pour aider ton peuple à atteindre ses objectifs, faire un bon usage de ses idées, de ses rêves et de ses visions. Si vous croyez dans le Grand Esprit, la toile attrapera les bonnes idées tandis que les mauvaises s'en iront par le trou." Le vieux Lakota fit alors part de sa vision à son peuple et depuis, les indiens accrochent des attrape-rêves au-dessus de leur lit pour faire le tri de leur rêves et de leurs visions. Les bons sont capturés par la toile de la vie et accompagnent les gens, mais le mal présent dans leurs rêves tombe par le trou situé au centre de la toile et disparaît à jamais de leur vie.

On dit que l'attrape-rêves renferme le destin du futur.

Texte et Images dans son contexte original,
sur la page schmilblickblog.canalblog.com/.../p10-0.html
   
   
   
 
Google
Recherche sur le site www.abadennou.fr (un mot, un nom, une page)
   
  
Dernière mise à jour jeudi 18.12.2014 20:49
© 2004 - 2014 - Tous droits réservés - L’enregistrement, l’impression et la reproduction de textes est autorisée notamment dans un but pédagogique et scolaire sous condition expresse de mentionner le nom de l’auteur et
de faire référence au site www.abadennou.fr
© Les droits photographiques appartiennent à leurs auteurs.Reproduction interdite sans autorisation
Photothèque Le Menn, VALDO photos, Quinson et divers.