Abadennou.fr
Auteurs d'ici et d'ailleurs

Site officiel de la poétesse
Silviane Le Menn
En langue bretonne "abadennoù" est le pluriel de "abadenn" qui signifie : affaire, partie (de jeu), séance, représentation (théâtrale), instant, moment.
 

 

Silviane Le Menn
Silviane Le Menn, webmaster
 
 
 
 
 
 
OCCASIONS
 
 
 
 
 
 
 
 
VOYANCE
 
 
 


Porte close







Bohémienne



Chevaux sauvages

 

 

Bohémienne et rêve

Je suis restée cent ans devant la porte close                     
et n’osant pas entrer de front dans l’inconnu

M’a-t-elle porté bonheur, bohémienne aux seins nus
qui visita un soir mes rêves en broussailles ?

Sur la cime du ciel, je vois mon avenir
presser la veine d’amour sur la tempe des dieux

Je vois mille mains bleues qui saisissent mon corps
et qui parlent de paix en lissant mes cheveux

Comme des chevaux sauvages qui galopent au soleil
Je vois des paysages qui fondent à mon éveil

Et puis tu es venu avec ton air placide
me parler des sagesses qu’il faudrait conserver

J’étais restée cent ans devant la porte close
et soudain derrière moi la porte s’est refermée

Je vois venir le jour où nous sera donnée
l’interminable cohorte des fronts illuminés

Je vois des sépultures et des berceaux plombés
Plus l’amour sera pur, plus la mort sera gaie

Comme tisons et braises fleurissent en cheminée
mon coeur fleurit à l’aise sur l’autre face de la journée

M’a-t-elle porté bonheur, bohémienne aux seins nus
qui visita un soir mes rêves en broussailles ?

Je suis restée cent ans immobile et secrète
le prélude fut long, mais la moisson fut faite

Et puis tu es venu me parler d’escapades
de vérités antiques et du fin fond de moi

Comme des chevaux sauvages qui viennent à mon appel
tous les êtres qui m’aiment viennent à mon secours

Je vois mon avenir sur les bandeaux du ciel

Encore cent ans de mieux et je suis éternelle
Encore cent ans de mieux et les vautours des limbes
plongeront dans mon corps tout envahi de glèbe

Je vois des cimetières de rêves avortés
et des monceaux de chair, lambeaux de liberté

Mais la vie me saisit de ses grands bras musclés
et me donne tout l’amour que je peux désirer

Sur la cime du ciel je vois les jours prochains
accrocher mon espoir sur la tempe des dieux

Elle m’a porté bonheur, bohémienne aux seins nus
qui visita un soir mes rêves en mes entrailles

 
 
 
Voir la page de l'auteur
© Silviane Le Menn
 
 
Google
Recherche sur le site www.abadennou.fr (un mot, un nom, une page)
   
  
Dernière mise à jour jeudi 03.07.2014 18:33
 
© 2004 - 2014 - Tous droits réservés - L’enregistrement, l’impression et la reproduction de textes est autorisée notamment dans un but pédagogique et scolaire sous condition expresse de mentionner le nom de l’auteur et
de faire référence au site www.abadennou.fr
© Les droits photographiques appartiennent à leurs auteurs.Reproduction interdite sans autorisation
Photothèque Le Menn, VALDO photos, Quinson et divers.