Abadennou.fr
Auteurs d'ici et d'ailleurs

Site officiel de la poétesse
Silviane Le Menn
En langue bretonne "abadennoù" est le pluriel de "abadenn" qui signifie : affaire, partie (de jeu), séance, représentation (théâtrale), instant, moment.
 

 

Silviane Le Menn
Silviane Le Menn, webmaster
 
 
 
 
 
 
OCCASIONS
 
 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
GUSTAV MAHLER
 
 
 

 

Jeunes et beaux

 

 

 

 

 

 

Ombre chinoise

 

 

 

 

 

Gustav Mahlen

 

 

 





Lubricité

 


 

 






Jets d'eau sur l'eau

 

 

 

 

 

 

 


 

 



Gustav Mahler

 

 

Crâne en cristal

Echo christallin

Ils étaient jeunes et beaux
et leur musique chrysalide
se baignait dans l'eau pure du lac

La cavalcade des notes
s'enfuyait vers le soleil couchant
tandis qu'une clarinette
regardait pleurer un enfant

Les bouteilles
s'alignaient sur la table
vertes et glauques
comme la colère du père
et la suite des mélodies
courait vers la fortune
comme la femme sur le clavier

Un essaim d'enfants
dévalait la pente
et se gargarisait
de brassées de gerbes d'eau

Sous un chapeau de paille
la voix de la raison
parlait de nuages
et de l'harmonie de l'eau
quand la montagne s'y reflète

En ombres chinoises
se découpait le destin
gorgé de baies rouges et noires
et d'oiseaux printaniers

Etre ailleurs
dans la plainte d'un accordéon
dans la douleur d'un enfant
dans le tintamarre de la vie                                                

A la lueur de l'aube                                                               
une envolée de cape
éclaboussa le courant
en suivant le rythme
de la forêt vivante
et les fougères s'inclinèrent
dans la ferveur de la musique

Les arbres de hautes futaies
étaient envahis d'araignées
tissant leurs toiles irisées

L'air
s'imprégna soudain
du galop d'un cheval blanc
et cette mélopée pénétra
dans la tête des marronniers

La musique
s'avançait dans une allée
interminable

Le rire
escaladait la partition
jusqu'à la chaleur d'une symphonie
et l'amour
se paraît d'une voilette de vibrations

Le pavillon de bois
s'ouvrait sur le ciel
dans la blancheur des anges

Un tourbillon d'arc en ciel
encercla l'esprit du mal
pour dire adieu à l'amour

A la lumière d'un orphéon
le lugubre sourire d'un cercueil
dans la danse des croix
vit la claustrophobie
impossible des cymbales
et la lubricité
envahissante des femmes dénudées                                             

L'incinération d'un mort vivant                             
s'hallucina dans la résonnance des tambours
et la cendre bleue
se répandit entre les clignements d'oeil
en un ballet sauvage

La valse du rideau noir
et des plumes d'autruche
par un érotisme musical
s'enfonça dans le trou noir
d'un trombone silencieux

Le piano
adoucit soudain le cauchemar
La vie
égrenait à nouveau
ses boucles brunes de mélomane
et ses jets d'eau multiples
se parèrent de la brillance d'un opéra

Le coffret mystique
se referma sur la paix du soir
et l'odeur des églantines
tandis que de voluptueuses harmonies
conduisaient les pas de la gazelle blonde
tout au long du ruisseau
jusqu'au pied de la souffrance

Le déchirement des visages
pianotait sa douleur
et les cuivres
brillaient comne l'étoile de David

La musique
brûlait de délires oniriques
sous le casque de la folie

Les notes
s'accrochaient au flanc de la montagne
et traversaient les cavernes
en trémolos morbides                                                           

L'orchestration s'installa
au sommet du recueillement
et la chair sculptée
résonna de notes graves
jusqu'au chant de l'ivresse érotique
provoquée par l'apparition de la mort

Les ovations
les bouquets
induisaient à l'angoisse
le coeur palpitant de musique
de l'homme seul

Les enfants couraient
trépidante sonatine
dans les branches
où flottaient des rubans de couleur
et le parfum du chèvrefeuille

L'écume bouillonnait
Le pavillon était empli de sonorités
et résonnait de puissantes pulsations
Le vent gonflait les voiles
et la voix
se superposa au vertige des violons

Les fleurs s'amoncelaient
Les cris des enfants crépitaient
La course de la symphonie
sous les arbres
explosa à l'approche de l'amour
et l'éclatement des cuivres
l'éblouissement des violons
s'étreignirent dans une musique immortelle

Le sourire marchait
à la rencontre de la mort

Le final retentit

Tout demeura baigné d'un grand étonnement
et la musique se solidifia
définitivement
en un écho cristallin

 
 
 
Voir la page de l'auteur
© Silviane Le Menn
 
 
Google
Recherche sur le site www.abadennou.fr (un mot, un nom, une page)
   
  
Dernière mise à jour jeudi 03.07.2014 17:11
 
© 2004 - 2014 - Tous droits réservés - L’enregistrement, l’impression et la reproduction de textes est autorisée notamment dans un but pédagogique et scolaire sous condition expresse de mentionner le nom de l’auteur et
de faire référence au site www.abadennou.fr
© Les droits photographiques appartiennent à leurs auteurs.Reproduction interdite sans autorisation
Photothèque Le Menn, VALDO photos, Quinson et divers.