Abadennou.fr
Auteurs d'ici et d'ailleurs

Site officiel de la poétesse
Silviane Le Menn
En langue bretonne "abadennoù" est le pluriel de "abadenn" qui signifie : affaire, partie (de jeu), séance, représentation (théâtrale), instant, moment.
 
 
Silviane Le Menn
Silviane Le Menn, webmaster
 
 
 

 

 
 
 

 

Geneviève Carion Machwitz
 
 
 
 
Index Accueil Liens Partenaires Faites un don Rencontre Contact
Auteurs
 
 
GENEVIÈVE
CARION-
MACHWITZ
 
 
Geneviève Carion Machwitz
 
Voir la présentation détaillée des ouvrages
 
Geneviève Carion Machwitz est décédée le 19 décembre 2011
 
INFORMATION pour les LIBRAIRES et les LECTEURS
Les livres de notre regrettée amie Geneviève Carion-Machwitz
sont désormais indisponibles chez certains ÉDITEURS
POUR COMMANDER

POUR TOUTE DEMANDE, vous adresser à
M. Gérald MERCIER

E-mail : gerald.mercier5@wanadoo.fr    
Tel : 01 46 61 10 94  - 06 87 00 32 58
8, boulevard Desgranges, 92330 SCEAUX

LISTE DES OUVRAGES DISPONIBLES
- La Wiedra (Denoël)
- La Saga Lituanienne
(roman composé de 3 volumes indépendants)
- Le Vitys (en cours de réimpression)

- Daïnava
- Brigit celte symbole
- Le soleil de feu
- Les glaces du Niémen
Les livres disponibles pour la vente sont NEUFS
Quelques centaines pour chacun d'eux
Pour tous ces livres et d'autres que Geneviève Carion Machwitz n'a plus en sa possession, elle a repris ses droits d'auteur et des manuscrits inédits sont en projet de parution, notamment :
- L'ENFANT DU VIOL
- LA ROUTE DE l'AMBRE - Les racines celtiques de l'Europe (Nous ne sommes pas une colonie romaine comme l'Histoire nous le fait croire, les données archéologiques ont changé avec les nouvelles découvertes !)
- DE LA MITE AU LOGIS à la MYTHOLOGIE (Le journal optimiste d'une nonagénaire)
 
 
BIOGRAPHIE
Geneviève Carion Machwitz
Née à Paris, issue d'une famille alsacienne, Geneviève Carion a fait des études artistiques à Paris, fréquenté les ateliers privés, l'école des Beaux-Arts, la Grande Chaumière, préparant une licence d'Arts Plastiques.
Après avoir beaucoup voyagé et séjourné sur divers continents, exercé diverses activités artistiques, elle devient décoratrice à Rome, travaillant avec un groupe d'architectes. De retour à Paris, elle s'intéresse à l'art mural
et expose une tenture au salon des Artistes Décorateurs au Grand Palais.


Elle entreprend un nouveau cycle d'études, soutient une thèse de philosophie à Paris –
La Sorbonne, crée une UV d'Esthétique de l'environnement à l'université de Jussieu et publie
un essai chez Nathan Université en 1974 : « L'expression plastique chez l'adolescent ».
Elle organise des séminaires artistiques internationaux et expose ses peintures et gravures à Tokyo, Bruxelles, Paris.

La rencontre avec le Comte Jean de Machwitz, de famille lituanienne, remontant aux Chevaliers du Moyen-Âge, déterminera sa 2ème vocation, celle d'écrivain.

Elle découvre des archives familiales si abondantes que lui vient la passion d'écrire et faire découvrir l'histoire tragique de ce pays du nord-est de l'Europe telle que la vit au jour le jour une famille lituanienne devenue française. D'où l'écriture d'une saga franco-lituanienne sur 3 époques.
Le premier
volume intitulé « La Wiedra », épuisé, a été publié chez Denoël en 1984

Après avoir vécu dans divers pays étrangers et en France – notamment en Périgord – le couple s'installe en Bretagne (la mère de Jean de Machwitz était bretonne) et y découvre une culture très proche de sa sensibilité : la culture celte. 

Aujourd'hui, Geneviève Carion-Machwitz étudie le celtisme qui semble être le socle de ces deux contrées : Bretagne et Lituanie.

Ses livres paraissaient au rythme d'un par an :
  • « Brigit Celte symbole » en 2000
  • « Les Glaces du Niémen » en 2002
  • « Le Vytis » en 2002

« Daïnava » en 2003 (réédition de « La Wiedra »).

On attend aujourd'hui la sortie du livre : « Femme qui es-tu ? » est une suite et un développement
du
thème de « Brigit Celte symbole ». La sortie de « L'enfant du viol » était prévue en 2004, mais faute d'éditeur intéressé, cet intéressant ouvrage ne peut toujours pas être proposé aux lecteurs !

Geneviève Carion-Machwitz a perdu son époux le comte Jean de Machwitz en 2006, elle a ensuite vécu à Périgueux où elle a créé une revue littéraire distribuée par abonnement à paraître tous les 2 mois. Elle y a organisé des manifestations culturelles avec le soutien d'amoureux des belles lettres, insufflant ainsi une nouvelle dynamique à la résidence pour personnes âgées.
Après avoir vécu en "maison de retraite" pendant 1 an, la personnalité de Geneviève l'a conduite à s'installer dans un appartement indépendant ; elle a donc résidé à Bergerac où elle vivait entourée de nombreux amis mais depuis août 2011, elle demeure chez son fils Gérald, à SCEAUX (92).

Geneviève Carion Machwitz

Malgré une dégradation de santé due à l'âge, Geneviève Carion se dit sereine d'autant qu'elle
a décidé de pratiquer l'auto-guérison avec l'aide de la médecine traditionnelle énergétique chinoise ce qui lui permet de continuer ses activités litéraires et de projeter un retour vers la santé.

Après une vie bien remplie, riche d'expériences et de rencontres, sa réflexion et sa philosophie
lui ont inspiré un nouveau livre qu'elle vient tout juste de boucler en ce mois de juin 2011, intitulé
"De la mite au logis à la mythologie" (Le journal optimiste d'une nonagénaire). Actuellement, certains de ses livres sont en cours de traduction en anglais pour être publié en pays anglo-saxons.

Geneviève Carion Machwitz est décédée le 19 décembre 2011.

 
- L' expression plastique chez l'adolescent Nathan Université, Paris, 1974
- La Wiedra, Denoël, Paris, 1984  (Roman historique)
- L'Europe en diagonale, De la Pologne au Périgord Fanlac, Périgueux, 1987 (Histoire de l'immigration entre les deux guerres)
- Lietuva, Légendes lithuaniennesÉditions Fédérop, Mussidan, 1988 ( Légendes historiques de Lituanie racontées et illustrées par l’auteur : un peu d'histoire de la Lituanie ou la mémoire d'un peuple.)
-
Bruzac ou les doigts du tempsPyrene, Monpazier, 1990 (Roman historique)
- La Meynardie, pour l'amour de John Bost  – Max Chaleil Éditeur, 1992 (Biographie)
- Soleil de feu – Éditions Copédit, Périgueux, 1993
- Les glaces du Niemen (Napoléon en Lituanie) – Editions La Plomée, 2001
-
Vytis, Les chevaliers teutoniques en Pays balte – Editions La Plomée, 2002
- Daïnava – Editions La Plomée, 2003
- Brigit, Celte symbole – Editions La Plomée, 2000
En savoir plus :
 

- Soleil de feu Éditions Copédit, Périgueux, 1993
       Biographie d'un périgourdin. Comment un jeune homme a survécu à l'enfer du camp de Buchenwald et pu réussir une ascension sociale exceptionnelle.

- Brigit, Celte symbole - Editions La Plomée, 2000
ISBN : 2-91213-35-0 – 160 pages – 14 x 22 cm - PRIX : 18,14 €

     
Une enquête en Bretagne pour retrouver Brigit, déesse celtique, mère de l'Irlande, abbesse
de Kildare, symbole de la femme celtique toute puissante et dont le culte a profondément marqué l'âme bretonne. Un jeu de piste à travers les vieux sites et légendes de Bretagne redécouverts avec tendresse et humour.
      Déesse d’Irlande, fille du dieu druide Dagda, prêtresse du culte celte, une femme à la charnière de deux âges le « barbare » et le « chrétien ». Qui es-tu ? Reviendras-tu ?
      
Et bien sûr, la saga franco-lithuanienne en 3 épisodes : en mer Baltique, comme en mer d'Iroise, les Celtes ont laissé une forte empreinte...
      
Trois romans inspirés des archives familiales, administratives, universitaires, enrobées des brumes et lumières du passé. Récits parfois épiques, souvent subjectifs, où domine l'aventure !!!
Un survol de l'Histoire de la Lituanie à travers les combats pour la liberté, les guerres, l'exil,
les aventures, la passion dans les déchirements de l'Europe du 15ème  au 20ème  siècle...


Passionnante et attachante, Geneviève Carion-Machwitz arrive en Bretagne et la voici en quête
du Graal. Son Graal c’est Brigitte, la déesse, la servante, l’abbesse, la reine ; la femme telle que l’aiment les celtes : multiple et mystérieuse.
     L’auteur nous entraîne avec beaucoup de talent à la suivre sur les routes de la Celtie. Chemin sinueux tant s’en faut ! Chemin qui serpente et emprunte parfois un sentier de traverse : An Hent Treuz.
     C’est un coup de cœur qu’il nous faut partager. Direction : Brigitte !… soit, mais par Tréphine
et Conomor, par le paganisme et la chrétienté, par les mégalithes et les chapelles, par Spézet, Ouessant et Sein ; par les forges des Salles, par l’Alsace et la Lituanie, par les druides et les pasteurs protestants : un entrelacs celtique… Plus elle ouvre de portes, plus elle en rencontre
de nouvelles qui sont closes et dont la clé s’est perdue.
     C’est une promenade sans impératif, sans à-priori, nous allons et venons au gré du conteur dans le passé et le présent, parmi ceux qui furent et ceux qui sont : laissons-nous mener.
(
Alain Le Buhé)

Les glaces du Niemen (Napoléon en Lituanie) Editions La Plomée, 2001
       234 pages – 15 x 23 cm – PRIX : 18,10 €
      
L'épopée napoléonienne à Vilnius, en Lituanie, lors de la campagne de Russie, à travers le vécu de la Pologne-Lituanie occupée par le Tsar de russie. Espoir d'une Europe à Tilsitt lors du « banquet de la fraternité » des armées française et russe un peu avant la rupture.

Daïnava Editions La Plomée, 2003
       ISBN : 2-912113-54-7 – 395 pages – 15 x 23 cm – PRIX : 25,90 €
      
Un siècle d'histoire européenne à travers le vécu quotidien d'une famille franco-lituanienne déchirée par l'exil de l'époque napoléonienne à la 2° guerre mondiale. Passion, romantisme, quête exaltée de liberté. L'âme d'une Europe en devenir

- Vytis, Les chevaliers teutoniques en Pays balte Editions La Plomée, 2002
       ISBN : 2-912113-45-8 – 312 pages – 15 x 23 cm – PRIX : 21 €
      
Les aventures d'un chevalier lituanien au 15ème  siècle lors de la tentative de colonisation
des pays Baltes, notamment de la Lituanie païenne, par les chevaliers teutoniques.


     Alors que les Chevaliers Teutoniques, en croisade contre les « Sarrasins du Nord » de l’Europe, tentaient en vain de conquérir la Lituanie, le dernier feu sacré entretenu par des vierges s’éteignait à Palanga, au bord de la Baltique.
     C’était peu après que celui de l’Île de Sein en Armorique eut disparu.
     Leurs cendres entraient dans la légende païenne celte.
     N’ayant plus de païens à détruire, les chevaliers, pour un temps, se mirent à genoux devant leurs dames, les vénérant, les respectant dans des cours d’amour passionnées…
     C’est la vie d’un chevalier balte découvrant l’amour courtois qui est contée ici, au travers des événements tragiques qui bouleversaient l’Europe à la fin du Moyen Âge.
     Note : Vytis, emblème de Lietuva (La Lituanie) est le « Chevalier blanc ».

 
 
 
 
Voir la page de l'auteur

© Silviane Le Menn
 
Google
Recherche sur le site www.abadennou.fr (un mot, un nom, une page)
   
  
Dernière mise à jour mercredi 02.07.2014 11:33
 
© 2004 - 2013 - Tous droits réservés - L’enregistrement, l’impression et la reproduction de textes est autorisée notamment dans un but pédagogique et scolaire sous condition expresse de mentionner le nom de l’auteur
et de faire référence au site www.abadennou.fr
© Les droits photographiques appartiennent à leurs auteurs.Reproduction interdite sans autorisation
Photothèque Le Menn, VALDO photos, Quinson et divers.